Le trafic de drogue est-il menacé par les manifestations des lycéens dans le 93 ?

Le trafic de drogue est-il menacé par les manifestations des lycéens dans le 93 ? © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT Source: AFP
La cité du Londeau à Noisy-le-Sec, d'où viennent les dealers perturbant la mobilisation lycéenne. (Image d'archive).

Les affaires n'attendent pas. Plusieurs jeunes d'une cité seraient en effet venus perturber une mobilisation lycéenne devant l'établissement scolaire Olympe-de-Gouges de Noisy-le-Sec. Raison : le mouvement social ralentirait les ventes de drogue...

Les dealers sont-ils les meilleurs alliés du gouvernement ? Le Parisienet Le Figaro relatent que les mobilisations des élèves du lycée Olympe-de-Gouges de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) contre les réformes Blanquer et Parcoursup ont été perturbées par des jeunes d'une cité voisine impliqués dans le trafic de stupéfiants. En effet, ces dealers auraient été mécontents de voir leur commerce entravé par le mouvement de contestation du 4 au 6 décembre.

Le Figaro rapporte même que cinq jeunes, âgés de 16 à 20 ans, ont reproché aux centaines de lycéens de «nuire à leur business» en raison de la présence policière entraînée par leur mobilisation. Une lycéenne interrogée par le quotidien confirme : «Au départ tout le monde était calme. Les dealers d’à côté nous ont expliqué tranquillement qu’on dérangeait leurs affaires, qu’on pouvait continuer notre blocage mais qu’il fallait qu’on se décale un peu vers l’intérieur du lycée pour éviter de faire venir la police.»

En scooter, les dealers auraient ensuite tenté de faire disperser la foule. Un des lycéens auraient alors refusé de céder à cette pression. Une bagarre s'en serait suivi entre les deux groupes et aurait été stoppée grâce aux forces de l'ordre. Un lycéen aurait malgré tout été tabassé par des dealers.

Alors que la tension était palpable dans le quartier, la police, présente sur les lieux, aurait en outre pris la décision de bloquer l'une des rues adjacentes pour stopper la venue de clients vers la cité, selon Le Parisien

Depuis ce blocage, des professeurs remarquent la présence de scooters rôdant autour du lycée, tels «des bergers autour du troupeau». Selon plusieurs témoignages, les deals auraient repris leurs activités à quelques mètres des grilles de l'établissement.

Lire aussi : Lycéens et étudiants mobilisés contre la hausse des frais universitaires pour les extraeuropéens

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter