Que sait-on de la fusillade de Strasbourg ?

Que sait-on de la fusillade de Strasbourg ?© Christian Hartmann Source: Reuters
Des policiers sont positionnés dans le périmètre de sécurité mis en place à Strasbourg, après la fusillade du 11 décembre.

Un individu de 29 ans a réussi à prendre la fuite après avoir ouvert le feu dans le centre-ville de Strasbourg. Au lendemain de la fusillade, le bilan est de deux morts, une personne en état de mort cérébrale et 13 blessés.

Dans la soirée du 11 décembre, un homme a ouvert le feu et «semé la terreur en trois points de Strasbourg», a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Selon le dernier bilan établi le procureur de Paris Rémy Heitz à midi, ce 12 décembre, deux personnes ont perdu la vie, une est en état de mort cérébrale et 13 autres ont été blessées, parmi lesquelles six graves.

Lire aussi : Strasbourg : 11 blessés et au moins 3 morts, le suspect toujours en fuite (EN CONTINU)

Coups de feu, mouvement de panique, fuite de l'assaillant

La fusillade a eu lieu aux alentours de 20h dans le centre-ville de Strasbourg, près de la place Kléber et de la rue des Grandes arcades, zone qui accueille le célèbre marché de Noël de la ville. Appelé la «Grande île», le quartier est piéton pendant la journée.

L'assaillant a ouvert le feu, provoquant la panique dans les rues, comme en attestent plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux.

«On a entendu plusieurs coups de feu, trois peut-être, et on a vu plusieurs personnes courir», a expliqué un témoin à l'AFP. «On a d'abord cru que c'était des pétards. Puis les policiers sont passés en nous disant de faire descendre tous les clients en bas [...] On nous a dit qu’un homme avait tiré sur deux personnes, rue des Grandes arcades», a par ailleurs témoigné la gérante d'un restaurant voisin auprès de LCI.

Entre 20h20 et 21h, l'assaillant a par deux fois échangé des coups de feu avec les forces de sécurité avant de s'enfuir. Lors des échanges de tirs, l'assaillant a été blessé par une patrouille de soldats de l'opération Sentinelle, celle qui sécurisait le marché de Noël. Par ailleurs, selon l'Etat-major des armées, un soldat a été légèrement blessé à la main par ricochet d'un tir.

Malgré la mise en place d'un périmètre de confinement et le lancement d'une vaste opération de recherche impliquant près de 350 personnes, dont une centaine de membres de la police judiciaire et des militaires, l'assaillant reste introuvable au lendemain matin de la fusillade. Le ministre de l'Intérieur a expliqué que des moyens supplémentaires étaient en train d'être déployés.

Urgence attentat : contrôles renforcés aux frontières

Le ministre de l'Intérieur a annoncé que la fusillade avait provoqué la transformation du plan vigipirate en «urgence attentat». Des contrôles renforcés sont mis en place aux frontières et à l'entrée d'autres marchés de Noël de la région. L'opération Sentinelle a par ailleurs été renforcée.

Un arrêté préfectoral interdisant les manifestations à Strasbourg ce 12 décembre est par ailleurs prévu. Les établissements scolaires seront ouverts pour accueillir enfants et adolescents mais Christophe Castaner a encouragé «les parents qui le pouv[ai]ent» à garder leurs enfants à leur domicile. Les cours sont suspendus dans les écoles maternelles et élémentaires, mais maintenus dans les collèges et lycées.

Fiché S, multirécidiviste, détenu violent : qui est l'auteur présumé de l'attaque ?

L'auteur présumé de la fusillade, dénommé Chérif C., était fiché S depuis 2016. Selon une source proche de l'enquête citée par Le Figaro, l'homme, âgé de 29 ans, avait été signalé par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) lors d'un passage en prison où il s'était fait remarquer pour des violences et son prosélytisme religieux. Toujours selon Le Figaro, Chérif C. aurait déjà fait l'objet de 20 condamnations.

Selon les informations des Dernières nouvelles d'Alsace, l'individu aurait notamment été condamné en 2011 à deux ans de prison, dont six mois ferme, pour une agression avec arme sur un jeune homme de 16 ans qu'il aurait blessé au visage avec un tesson de bouteille lors d'une rixe dans un centre commercial de Strasbourg.

BFM TV a précisé que l'individu fréquentait les milieux islamistes radicaux strasbourgeois et qu'une perquisition devait avoir lieu au domicile de Chérif C., où des grenades auraient été retrouvées.

Présentant l'assaillant comme «un homme très défavorablement connu pour des faits de droit commun pour lesquels il a fait l'objet de condamnations en France et en Allemagne», Christophe Castaner a ajouté que Chérif C. avait «purgé ses peines.»

Interrogés par LCI, ses amis se sont montrés abasourdis par la nouvelle : «C'était vraiment quelqu'un de très calme» dit l'un ; «C'est une personne gentille», ajoute un autre.

Lire aussi : Que sait-on de Chérif C., fiché S et auteur présumé de l'attaque de Strasbourg ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»