Hervé Ryssen, militant antisémite en gilet jaune, fait la une de Paris Match : la Licra s'indigne

Hervé Ryssen, militant antisémite en gilet jaune, fait la une de Paris Match : la Licra s'indigne
Détail de la couverture de Paris Match du 5 décembre 2018 montrant Hervé Ryssen, militant négationniste, en gilet jaune.

Paris Match a mis en une, sans savoir de qui il s'agissait, un Gilet jaune qui s'est avéré être Hervé Ryssen, un auteur français qui se présente lui-même comme «raciste» et «antijuif». Une couverture jugée «consternante» par la Licra.

Comment Hervé Lalin, dit «Ryssen», militant antisémite qui se définit lui-même comme racialiste, s'est-il retrouvé en Une de Paris Match ?

Sur la photo prise par une photographe d'agence pendant la manifestation parisienne des Gilets jaunes du 1er décembre, le militant d'extrême droite paré du vêtement emblématique, de profil, porte un drapeau tricolore et discute avec un gendarme mobile casqué devant l'Arc de Triomphe.

«Les antisémites et les négationnistes jubilent grâce à la visibilité que vous leur offrez ainsi !», s'est désolée la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) sur les réseaux sociaux. 

Hervé Lalin, dit «Ryssen», ex-membre du Front national, a été condamné à de la prison à plusieurs reprises pour des messages antisémites sur les réseaux sociaux, son blog ou dans ses livres. Dans une vidéo Youtube d'octobe 2018, Hervé Ryssen explique lui-même avoir «une conception en partie raciale du nationalisme français».

Devant la levée de boucliers suscitée par cette publication de Paris Match, l'hebdomadaire a publié un communiqué. «Les dizaines de photojournalistes engagés sur le terrain, en raison des conditions extrêmement difficiles, n'étaient pas en mesure de recueillir l'identité, moins encore les arrière-pensées des manifestants», écrit Olivier Royant, le directeur de la publication.

Tout en rappelant que le magazine du groupe Lagardère combat «sans ambiguïté [...]  toutes les formes de racisme et d'antisémitisme», Olivier Royant poursuit : «Cette photographie fortuite révèle néanmoins l'infiltration du mouvement des gilets jaunes par les extrémistes, notamment, de l'ultra-droite. C'est ainsi que cet individu s'est retrouvé en couverture de notre magazine.»

Cette explication sans la moindre ambiguïté n'a pas réussi à calmer certains commentateurs, à l'image de l'historien des médias Christian Delporte, qui a demandé que ce numéro de Paris Match soit retiré des kiosques. «Tout le monde l'avait identifié, sauf Paris Match, apparemment», a-t-il notamment écrit sur Twitter. «En toute responsabilité, [...] ce numéro devrait aller au pilon», ajoute-t-il.

«Les gilets jaunes auront donc permis à un négationniste antisémite, admirateur de Faurisson, de faire la couverture de Paris Match par effraction», a déclaré de son côté la reporter du Monde Ariane Chemin.

Lire aussi : Trop peu, trop tard ? Malgré ses annonces, l'Elysée craint «une très grande violence» le 8 décembre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter