« - Chomsky en Chine, il serait en taule» ; « - Assange, il est où ?»: échange houleux sur RT France

« - Chomsky en Chine, il serait en taule» ; « - Assange, il est où ?»: échange houleux sur RT France© RT France
Le plateau d'Interdit d'interdire.
Suivez RT France surTelegram

Les pays démocratiques ont-ils quelque chose à envier aux gouvernements autoritaires en matière de liberté d'expression ? Le plateau de l'émission Interdit d'interdire a été le théâtre d'un vif échange autour de la loi anti-fake news...

Invités à débattre de la loi contre la «manipulation de l'information» sur le plateau de l'émission Interdit d'interdire le 28 novembre, le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF) Christophe Deloire et l'avocat Jérémie Assous (qui défend par ailleurs les intérêts de RT France) se sont écharpés autour de la notion de liberté d'expression.

«Vous donnez ce pouvoir au législateur qui lui-même le délègue au juge. C'est dément !», lance l'avocat, avant d'ajouter : «Vous avez peut-être entendu parler d'Edward Snowden. Au niveau des surveillances de masses, les Etats occidentaux n'ont pas grand-chose à envier aux Etats dits totalitaires.»

«Je pense que vous devriez vous rendre dans les deux pays [les Etats-Unis et la Chine] et voir comment cela se passe», répond alors Christophe Deloire, dénonçant le «relativisme» de son interlocuteur.

Et Jérémie Assous de citer Noam Chomsky : «La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature.»

«Je connais très bien Chomsky […] En Chine, il serait en taule», lance alors Christophe Deloire. Et l'avocat de répondre : «Et il est où Assange ?»

Parmi les autres invités à l'émission, animée par Frédéric Taddeï, se trouvait notamment Cédric Mathiot, créateur de l'outil de Libération Check News, qui a pour sa part émis un regret : «La manière dont l’exécutif a posé ce thème des fake news était très piégeuse parce qu’en fait c’est [présenté comme] Macron contre RT, ou Macron contre les méchants […] Et nous on s’est retrouvés embrigadés avec Macron contre les vilains. Mais ce n’est pas du tout ça, le fact-checking en France.»

Il a en outre reconnu que RT, particulièrement ciblé lors de la campagne présidentielle de 2017, n'avait pas diffusé de fake news. Et de poursuivre son raisonnement : «En revanche, il y a une ligne [éditoriale] qui est ultra claire. Comme d'autres médias ont des lignes [éditoriales].»

Auteur: RT France

Lire aussi : Interdit d'interdire : Loi anti fake news : le débat

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix