«Fake news ministérielle» : exigeant que Darmanin retire un tweet, le Sénat bloque le vote du budget

«Fake news ministérielle» : exigeant que Darmanin retire un tweet, le Sénat bloque le vote du budget© Eric Feferberg
Le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin.

Le président du Sénat Gérard Larcher a suspendu la séance d'examen du projet de loi de finances 2019 après un tweet de Gérald Darmanin critiquant un vote de la chambre haute (lors duquel le ministre était absent). Il exige son retrait.

C'est un coup d'éclat relativement rare. Ce 24 novembre, le Sénat a fait savoir qu'il conditionnait toute reprise de l'examen du projet de loi de finances 2019 au retrait d'un tweet de Gérald Darmanin publié la veille.

Le 23 novembre au soir, les sénateurs venaient en effet de voter à l'unanimité un amendement déposé par Les Républicains (LR) permettant aux indemnités perçues par les élus des petites communes de bénéficier d'un retour au régime fiscal d'avant 2017, plus avantageux : le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin a aussitôt tweeté pour critiquer cette mesure, faisant savoir qu'il s'y opposerait en seconde lecture à l'Assemblée nationale.

«Fake news ministérielle» : exigeant que Darmanin retire un tweet, le Sénat bloque le vote du budget

A la demande du chef de file des sénateurs LR, Bruno Retailleau, la séance a d’abord été suspendue. Elle a ensuite été levée, après consultation du président du Sénat, Gérard Larcher. Rendez-vous a été pris le lendemain avec le ministre chargé des relations avec le Parlement, Marc Fesneau, afin de désamorcer cette crise.

Mais, ce 24 novembre au matin, les sénateurs semblent n'avoir pas décoléré. Qualifiant le commentaire de Gérald Darmanin de «fake news ministérielle», le président de la haute Assemblée a ainsi suspendu la séance immédiatement après l'avoir ouverte ce 24 novembre. Il a toutefois assuré s'être entretenu avec le Premier ministre Edouard Philippe, qui lui aurait «fait part de sa volonté d'apaisement à la fois avec les élus locaux et avec la représentation nationale». «Le gouvernement, par la voix du ministre chargé des Relations avec le Parlement, que je remercie, a confirmé que ce n'était pas la position du gouvernement», a-t-il ajouté.

Lire aussi : «Gilets jaunes» : Darmanin ne croyait pas à une «jacquerie» sur les prix des carburants

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»