Des «gilets jaunes» devant la rédaction de France 2 pendant l'interview d'Edouard Philippe (VIDEOS)

Des «gilets jaunes» devant la rédaction de France 2 pendant l'interview d'Edouard Philippe (VIDEOS)© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Un gilet jaune manifeste (image d'illustration).

Le Premier ministre français s'est exprimé sur le mouvement de contestation lors du JT de 20h de France 2, assurant que le gouvernement ne changerait pas de cap. Des manifestants se sont rassemblés pour tenter de l'interpeller, en vain.

Le soir du 18 novembre, des «gilets jaunes» se sont regroupés devant la rédaction de France 2, à Paris, où le Premier ministre français Edouard Philippe s'est rendu pour une interview. Lors de son intervention dans le JT de 20h de la chaîne, il a défendu l'action du gouvernement, assurant notamment : «Ce n'est pas quand ça souffle qu'il faut changer de cap.»

Lire aussi : Edouard Philippe sur les «gilets jaunes» : «Ce n'est pas quand ça souffle qu'il faut changer de cap»

«Edouard, on est là !», ont-ils notamment scandé devant le bâtiment pendant l'intervention d'Edouard Philippe. Les manifestants ont tenté d'interpeller le Premier ministre, mais se sont heurtés à un impressionnant dispositif policier.

«On ne veut pas que le peuple soit mis sous perfusion d’aides. Ce qu’on veut, c’est que [l’Etat] diminue les taxes», a expliqué au micro de RT France Jean-Claude Resnier, président de l’association des VTC de France.

Présent également sur un place, un membre de l'association a exprimé son indignation : «On est venus pour exprimer notre colère. L’association des VTC de France est solidaire des "gilets jaunes". On subit les mêmes pertes financières. On est taxés de partout…»

«On va rien lâcher !», a averti un autre manifestant critique de la politique du gouvernement. 

Lire aussi : «Gilets jaunes» : un nouveau rassemblement prévu à Paris le 24 novembre (EN CONTINU)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter