«Vos réactions très violentes» contre Macron : La Voix du nord appelle ses lecteurs à la modération

«Vos réactions très violentes» contre Macron : La Voix du nord appelle ses lecteurs à la modération
Capture d'écran du site de la Voix du Nord.

Au premières loges de l'«itinérance mémorielle» d'Emmanuel Macron, le quotidien régional a constaté une explosion des commentaires critiques, voire agressifs ou haineux. S'adressant directement à ses lecteurs, la rédaction s'interroge.

«Vos réactions, parfois très violentes à l’égard du président, nous ont étonnés» : le quotidien La Voix du nord (VDN), daté du 12 novembre, s'est dit choqué par les commentaires de ses lecteurs. Dans un article titré «Internet : Emmanuel Macron, cible d’une haine de plus en plus violente sur nos réseaux sociaux», le journal tire le signal d'alarme. Et essaie, avec un mélange de pédagogie et d'admonestation, de raisonner les amateurs de commentaires critiques à l'égard du président de la République.

«Sous chaque article lié à son itinérance mémorielle dans la région, nous avons supprimé des dizaines de commentaires et d’insultes», explique la VDN, interpellant directement ses lecteurs. «Sur ce président que vous estimez "loin des Français", "ne favorisant que les riches"», détaille encore la VDN. Le journal n'a-t-il relevé que les commentaires les plus acceptables ? En dépit du caractère relativement courtois des exemples cités, le journal s'inquiète : «Le niveau de violence atteint ces derniers jours concernant le président est sans pareil. Chacun de ses actes engendre sur nos réseaux sociaux des centaines de commentaires, d’appels à la haine et à la violence».

Loin des Français, ne favorisant que les riches

Déplorant le succès du mot-dièse #MacronDémission, la VDN rapporte également que l'avalanche de commentaires menaçants a amené la rédaction à supprimer de Facebook un article consacré à l'arrestation de quatre personnes accusées de préparer un attentat contre Emmanuel Macron, le 10 novembre dernier. Certains lecteurs recommandaient de «finir le travail». «Rappelons au passage que ce type de propos est puni par la loi», conclut la VDN.

Lire aussi : «Ça peut partir en vrille» : le gouvernement s'alarme du mouvement des gilets jaunes le 17 novembre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter