Blague ou incitation à des violences contre la police ? Un appel à la «purge» inquiète

Blague ou incitation à des violences contre la police ? Un appel à la «purge» inquiète© Bertrand GUAY Source: AFP
Ecusson de la préfecture de police.

Des publications apparues sur SnapChat font craindre une flambée de violence le soir du 31 octobre dans les villes de Corbeil-Essones et de Grenoble. Si leur auteur prétexte une «blague», les forces de l'ordre prennent l'affaire au sérieux.

Des appels à la violence circulent sur le réseau social SnapChat depuis le 27 octobre qui font allusion au film American Nightmare et visent notamment les policiers dans les villes de Grenoble et de Corbeil-Essonnes. 

«La purge commencera dans tous les quartiers à partir de 20h [le 31 octobre à Corbeil-Essonnes]. Les forces de l'ordre devront être attaquées au mortier, feux d’artifice, pétards, pierres. Que la première purge de France soit un succès», peut-on lire dans une publication révélée par Le Parisien«Toutes les armes sont autorisées», est-il précisé. Un autre texte du même ordre, évoquant une «purge» à Grenoble, a été relayé par le site spécialisé Actu17.

Mode opératoire, tenue vestimentaire noire, début de l'opération à la nuit tombée, jusqu'au retour du jour. Le scénario alarmant est directement inspiré du cinéma et si des versions alternatives du texte ont émergé sur les réseaux sociaux, deux constantes sont remarquables : l'appel à la violence contre les forces de l'ordre et entre les bandes.

Blague ou incitation à des violences contre la police ? Un appel à la «purge» inquiète
Blague ou incitation à des violences contre la police ? Un appel à la «purge» inquiète

Une «blague» revendiquée par un internaute

Face à l'ampleur médiatique prise par les publications, un internaute de Grenoble a revendiqué la «blague», se justifiant dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Mais l'affaire a été prise au sérieux en Ile-de-France et le syndicat policier Unité-SGP a saisi le ministre de l'Intérieur «pour qu’une plainte soit déposée à l’encontre des auteurs appelant à une véritable guérilla urbaine».

Un contexte marqué par des violences

En outre, cet appel à la «purge» inquiète parce que des épisodes de violence ont déjà été enregistrés. Le 28 octobre au soir, dans le quartier de La Nacelle à Corbeil-Essonnes, des policiers ont ainsi été victimes d’un guet-apens et ont été caillassés. Des véhicules de police ont été détériorés et plusieurs voitures ont été incendiées dans le quartier.

La gendarmerie n'a pas manqué de réagir. Karine Lejeune, la très médiatique commandante qui dirige les gendarmes de l'Essonne depuis le mois de juillet, a notamment tweeté son soutien aux policiers.

Quand j'ai dit que je portais plainte contre Yann Moix, j'ai porté plainte contre lui... Pour Gérard Collomb, je n'en suis pas sûr

Joint au téléphone par RT France, le secrétaire général du syndicat Unsa-Police, Philippe Capon, a appelé «le ministère de l'Intérieur à prendre ses responsabilités». Il a commenté : «Le nouveau ministre doit faire le nécessaire pour que des investigations soient menées et que des identifications soient réalisées. Il faut arrêter de nous faire croire qu'on ne peut pas identifier les auteurs de ces messages. C'est faux. Il faut une enquête et des condamnations. Et surtout, quand ces condamnations auront eu lieu, il faudra le faire savoir, en faire la publicité.»

En relation avec cette nouvelle affaire de messages visant les policiers, Philippe Capon a également évoqué le cas Yann Moix qui avait créé la polémique en septembre lorsqu'il avait estimé sur le plateau de C8 que les policiers n'avaient «pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux» : «Il faut qu'il y ait des suites et qu'elles soient médiatisées, parce que, moi, quand j'ai dit que je portais plainte contre Yann Moix, j'ai porté plainte contre lui... Pour Gérard Collomb, je n'en suis pas sûr.» L'ancien ministre de l'Intérieur avait annoncé son intention de porter plainte contre l'auteur polémiste le 27 septembre.

Antoine Boitel

Lire aussi : «Wallah on baise les condés» : une vidéo de jeunes insultant des policiers fait le tour du web

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»