Ventes d'armes à l'Arabie saoudite : le cafouillage très gênant d'un député LREM

Ventes d'armes à l'Arabie saoudite : le cafouillage très gênant d'un député LREM © Gérard Julien Source: AFP
L'Assemblée nationale (image d'illustration).

«C'est la première fois que je le regarde». Alors qu'il vantait les mérites d'un rapport parlementaire sur les ventes d'armes françaises, le député Jean-Charles Larsonneur s'est mis à bafouiller au moment d'évoquer le cas de Riyad.

Député LREM de la 2e circonscription du Finistère et surtout membre de la Commission de la Défense Nationale et des Forces armées, Jean-Charles Larsonneur a vécu un moment particulièrement gênant le 24 octobre. Interrogé par la journaliste Anne Poiret dans son documentaire Mon pays fabrique des armes (diffusé le 23 octobre, sur France 5) sur les informations concernant les ventes d'armes françaises à l'Arabie saoudite contenues dans un rapport parlementaire, Jean-Charles Larsonneur est resté coi.

«Alors là, il faudrait vraiment que je regarde précisément», explique-t-il en feuilletant rapidement le rapport qu'il a sous les yeux. Et pour cause, «c'est la première fois que je le regarde», concède-t-il candidement. Une confession qui interpelle la journaliste, qui lui demande des explications. «Non, non mais, euh, on va pas le faire comme ça quoi», glisse-t-il finalement avec un rire gêné. Pressé par la journaliste, le député finit par botter en touche : «Je veux bien qu'on arrête, si ça vous dérange pas.»

Mais alors qu'il poursuit l'interview sur un autre sujet, Jean-Charles Larsonneur décide de revenir lui-même sur ledit rapport pour en vanter les mérites. «Il permet pour les parlementaires d'avoir une certaine transparence par rapport à ce qui a été exporté. Ca permet d'avoir une idée assez précise de ce qui est vendu à tel ou tel pays», affirme-t-il avec assurance. Une occasion saisie par la journaliste qui lui demande s'il ne redoute pas que de l'armement français se retrouve sur un site de crimes de guerre au Yémen.

«Evidemment que la question est posée. Je vais pas m'exprimer sur ce sujet parce que j'ai pas, pardon, voilà», répond-il alors en bafouillant. Et de conclure : «Je veux bien répéter la position du Quai d'Orsay sur le Yémen, mais je ne suis pas un spécialiste du Yémen et de la relation avec l'Arabie saoudite, voilà.»

Pas sûr pour autant que la position de Paris soit beaucoup plus claire. Le président Emmanuel Macron a en effet refusé de répondre à une question sur un éventuel arrêt des ventes d'armes à Riyad le 23 octobre, laissant transparaître son agacement.

Lire aussi : Agacé par une question sur une possible fin des ventes d'armes à Riyad, Macron refuse de répondre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»