Qui est Laurent Nunez, nouveau bras droit de Christophe Castaner à l'Intérieur ?

Qui est Laurent Nunez, nouveau bras droit de Christophe Castaner à l'Intérieur ? © Bertrand GUAY Source: AFP
Laurent Nunez et Christophe Castaner en déplacement dans un commissariat de police aux Lilas, le 16 octobre 2018.

Enarque de 54 ans, décoré de la Légion d'honneur, réputé humble et digne de confiance, le préfet Laurent Nunez était patron de la DGSI. Il aura la lourde tâche d'incarner la fonction d'interlocuteur des forces de l'ordre.

La légitimité de Gérard Collomb ayant été mise à rude épreuve au cours de son passage au ministère de l'Intérieur, les Français et les forces de l'ordre attendaient avec appréhension la nomination de son successeur à ce maroquin de haute volée régalienne... C'est finalement Christophe Castaner qui a été choisi mais la nomination de l'ancien patron de la DGSI, Laurent Nunez, en tant que secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, envoie un message clair : les membres des forces de l'ordre trouveront face à eux un interlocuteur au parcours solide.

Enarque, préfet de police des Bouches-du-Rhône, puis directeur général de la sécurité intérieure (la fameuse DGSI dont le siège est situé à Levallois), l'homme de 54 ans est réputé fin stratège et fait figure de poids lourd de la police pour avoir beaucoup travaillé avec le ministère de l'Intérieur par le passé. Contrairement à ceux qui l'ont précédé à la DGSI, nommément Bernard Squarcini (à la DST, puis DCRI à l'époque) et Patrick Calvar (qui a créé la DGSI), Laurent Nunez ne vient pas en réalité de l'école des services de renseignement, malgré son passage à la DGSI ; c'est avant tout un préfet, même s'il voulait initialement devenir commissaire de police.

Né à Bourges et issu d'un milieu relativement modeste, il revendique son origine provinciale : «Je me sens du Berry, c'est une terre simple, modeste, humble, où la parole donnée a de la valeur»... Dans une même logique de simplicité, ce chevalier de la Légion d'honneur assume également le fait de n'être affilié à aucun parti politique. Passé par la Seine-Saint-Denis et Marseille, l'homme connaît bien les problèmes liés aux trafics de stupéfiants et il a acquis une expertise de pointe en matière d'antiterrorisme. A en croire les commentaires publiés à son égard dans Le Journal du dimanche en juillet 2017, Laurent Nunez est l'homme sur qui on s'appuie et en qui on place «une confiance absolue» en temps de crise, comme a pu le dire Bernard Boucault, le préfet de police de Paris de l'ère Hollande, qui a été son supérieur hiérarchique à l'époque des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hypercacher.

Parmi ses états de service, sa bonne entente au cours de l'année 2017-2018 en tant que patron de la DGSI avec celui de la DGSE, Bernard Emié et Pierre de Bousquet de Florian, du Centre national de contre-terrorisme (CNCT) est notée positivement.

Il lui reviendra la lourde charge d'assurer les relations avec les forces de l'ordre et d'incarner la fonction de premier flic de France. A cet égard, il sera également attendu de la part de Laurent Nunez de réparer les liens distendus avec les membres des forces de sécurité françaises, aussi bien avec la gendarmerie qu'avec la police, deux maisons dont le mal-être se traduit trop souvent par des taux de suicide alarmants.

Lire aussi : Remaniement : les chantiers pressants qui attendent Castaner et Nunez après Gérard Collomb

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter