Les «pyromanes de l'Europe» : Castaner tire à boulets rouges sur Orban, Salvini et Wauquiez

Les «pyromanes de l'Europe» : Castaner tire à boulets rouges sur Orban, Salvini et Wauquiez© Benoit Tessier Source: Reuters
Christophe Castaner devant la commission d'enquête du Sénat, illustration

Lors d'un discours à Paris destiné à galvaniser les troupes marcheuses en vue des élections européennes de 2019, le délégué général de La République en marche, Christophe Castaner, a fustigé Laurent Wauquiez, Matteo Salvini et Viktor Orban.

Le 26 septembre depuis un théâtre du 13e arrondissement de Paris, le délégué général de La République en marche (LREM), Christophe Castaner, a ouvert les hostilités en lançant un appel à candidatures pour constituer la future liste de la majorité présidentielle aux élections européennes de mai 2019 et a, ce faisant, fixé le cap de la campagne pour la majorité en étrillant ceux qu'il appelle les «pyromanes de l'Europe».

Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur italien, Viktor Orban, Premier ministre hongrois et les deux présidents de partis français Laurent Wauquiez et Marine Le Pen ont ainsi écopé des honneurs du discours d'un Christophe Castaner en plein «réquisitoire», selon les informations du Figaro : «De quoi parle-t-on quand nous parlons de "nationalistes"? Nous parlons de personnes dont le seul programme est de dire non. Non à l'Europe parce qu'ils prospèrent sur le fantasme d'un retour en arrière. […] Nous parlons de personnes qui, je cite, veulent "nettoyer leur pays en masse, rue par rue, quartier par quartier", c'est monsieur Salvini ; de personnes qui qualifient les migrants persécutés dans leur pays de "poison" comme le fait monsieur Orban ; de personnes qui veulent en finir avec l'Europe comme madame Le Pen et – osons le dire – comme monsieur Wauquiez, qui n'hésitent pas à soutenir ouvertement la ligne monsieur Orban.»

Et le fidèle macroniste de marteler devant un parterre de militants LREM : «Contrairement à eux, je n'ai pas l'Europe honteuse.»

Le discours du patron des marcheurs visait en premier lieu à galvaniser les militants qui voudraient s'engager dans la bataille des européennes : ces citoyens «voulant refonder l'Europe» ont jusqu'au 15 novembre s'inscrire via internet... Mais quant au nom de la tête de liste, il n'a pipé mot.

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, également présent, a fait applaudir plusieurs figures de la majorité, dont l'ex-ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot et Daniel Cohn-Bendit, qui étaient toutefois absents.

Lire aussi : Elections européennes : un sondage donne RN et LREM au coude à coude

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter