La France va accueillir 18 des 58 migrants de l'Aquarius

- Avec AFP

La France va accueillir 18 des 58 migrants de l'Aquarius© Guglielmo Mangiapane Source: Reuters
Illustration : des migrants à bord de l'Aquarius

La situation s'éclaircit pour l'Aquarius. La France figure avec le Portugal, l'Allemagne et l'Espagne parmi les pays qui ont trouvé le 25 septembre un accord de «répartition solidaire» des 58 migrants secourus à bord du navire humanitaire Aquarius.

Paris a trouvé, avec l'Allemagne, le Portugal et l'Espagne, un accord de «répartition solidaire» des 58 migrants secourus à bord du navire humanitaire Aquarius, qui, après les avoir débarqué à Malte pourra se rendre à Marseille, comme l'a annoncé Matignon le 25 septembre.

En vertu de cet accord, la France accueillera 18 des migrants, l'Allemagne et l'Espagne 15 chacune et le Portugal 10, comme déjà annoncé par Lisbonne, selon une source gouvernementale française à l'AFP.

Le 24 septembre, l'Aquarius avait mis le cap sur le port de Marseille dans l'espoir que les autorités françaises permettent «à titre exceptionnel» le débarquement des 58 migrants qui se trouvent à son bord. Parmi ces naufragés «épuisés» et «en détresse psychologique», se trouvent 17 femmes et 18 mineurs, d'après l'ONG.

Cependant, le gouvernement français avait suggéré le 25 au matin que le navire accoste plutôt à Malte.

Depuis plusieurs mois, le navire se lance dans des opérations de sauvetage en Méditerranée pour apporter des secours aux migrants cherchant à se rendre en Europe.

En juin dernier, l'Aquarius avait été au cœur d'une crise diplomatique, après avoir récupéré 630 migrants au large de la Libye, débarqués en Espagne après le refus de l'Italie et de Malte de les accueillir. Le scénario s'était répété en août pour 141 migrants, finalement débarqués à Malte.

Lire aussi : «En route vers Marseille», l'Aquarius demande à la France l'autorisation de débarquer

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter