Une pétition pour le chauffeur de bus RATP qui a giflé un jeune récolte plus de 100 000 signatures

Une pétition pour le chauffeur de bus RATP qui a giflé un jeune récolte plus de 100 000 signatures© Capture d'écran Twitter

A Arcueil, un adolescent s'était gravement mis en danger en traversant devant un bus, dont le chauffeur était descendu pour le sermonner et lui asséner une gifle. Une pétition réclame la clémence pour le conducteur qui risque la révocation.

Le 13 septembre en fin de journée à Arcueil, dans le Val-de-Marne, un chauffeur de bus RATP est sorti de ses gonds et a giflé un jeune devant ses camarades. Le collégien avait traversé une avenue devant le bus, obligeant le conducteur à piler brusquement. Le chauffeur ayant morigéné le jeune, celui-ci lui aurait répondu par des insultes, selon la RATP... Mauvais choix de l'adolescent : le fonctionnaire est descendu de son véhicule pour lui asséner une gifle. La scène avait été filmée par un autre jeune.

Les collègues de la RATP du chauffeur, qui risque d'être révoqué, se sont mobilisés et une pétition en ligne réclamant la clémence de la hiérarchie a déjà récolté plus de 82 000 signatures.

Il a fait ce qu’on rêve tous de faire

Les témoignages en ce sens se sont multipliés, notamment dans les médias.  Un chauffeur RATP et membre de la CGT a ainsi expliqué sur Europe1 : «Pour moi, il s’est comporté en bon père de famille en mettant la baffe. Personnellement, je préfère qu’on me dise que mon fils s’est pris une baffe plutôt qu’il est à l’hôpital car il s’est fait renverser par un bus.»

Sur le site de la pétition, les témoignages de soutien affluent : «Courage au collègue, on aurait tous pu faire la même chose et craquer», lance une pétitionnaire. «Il a fait ce qu’on rêve tous de faire», avoue une autre.

La présidente LR de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, elle-même, a posté en tweet en faveur du chauffeur et appelant à «l'indulgence» du conseil de discipline : «J’espère l’indulgence du conseil de discipline pour le chauffeur de bus d’Arcueil victime de provocations et d’insultes. Il n’aurait pas dû lever la main sur le collégien et l’a regretté, mais il a des circonstances atténuantes !»

Le conducteur du bus serait lui-même père de deux enfants et aurait reconnu avoir agi sous le coup de l'émotion et avoir regretté son geste, selon Le Parisien. La procédure disciplinaire engagée à son encontre pourrait mener à sa révocation.

Lire aussi : Après la réforme de la SNCF, que prévoit le gouvernement pour la RATP ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter