Mort de Clément Méric : des peines de 7 et 11 ans de prison et un acquittement prononcés

Mort de Clément Méric : des peines de 7 et 11 ans de prison et un acquittement prononcés Source: AFP
Portrait de Clément Méric sur une banderole lors d'une manifestation à Paris.

Deux des trois suspects qui comparaissaient devant la justice pour la mort du jeune militant «antifa» Clément Méric ont été condamnés à de la prison. Le troisième a quant a lui été acquitté par le tribunal de Paris.

La cour d'assises de Paris a rendu son verdict ce 14 septembre dans l'affaire Clément Méric, jeune militant «antifa» tué lors d'une rixe en 2013. Le principal suspect, Esteban Morillo, qui a reconnu être l'auteur des coups mortels, a été condamné à 11 ans de prison. Son comparse Samuel Dufour a lui écopé, pour les mêmes faits, de sept ans de prison. Alexandre Eyraud, poursuivi pour violences aggravées, a été acquitté.

Douze ans de réclusion criminelle étaient requis contre Esteban Morillo, sept contre Samuel Dufour, qui n'avait pas frappé Clément Méric mais avait participé à la rixe mortelle, et quatre ans dont deux avec sursis contre Alexandre Eyraud, qui était parvenu plus tard sur les lieux.

Les avocats d'Esteban Morillo et Samuel Dufour ont annoncé qu'ils allaient faire appel de cette décision.

Le 5 juin 2013, dans une rue piétonne proche du magasin Citadium dans le IXe arrondissement de Paris, au pied de l’église Saint-Louis d’Antin, Clément Méric avait trouvé la mort. Dans la rue, quelques heures avant la bagarre, la tension était palpable, caractérisée par des échanges d'invectives entre antifas et skinheads qui faisaient du shopping. Un groupe de militants antifas a décidé d'attendre la sortie des skinheads. Les deux groupes, pourtant dissuadés par le vigile du magasin de plonger dans la violence, s'attendaient à une confrontation.

Esteban Morillo est arrivé sur le tard, ainsi que Clément Méric, qui, prévenu de la situation, a cherché ostensiblement à connaître la position des skinheads, comme en témoigne son SMS prévenant ses amis que ces derniers sortaient du magasin. Au cours d'une rixe de quelques secondes seulement, Clément Méric a reçu cinq coups au visage d’un ou de deux agresseurs puis s’est écroulé sur le sol, gisant dans son sang.

Le jeune homme, de constitution frêle (1,73m pour 60 kg) était alors en rémission d’une leucémie et se trouvait affaibli par le traitement qu’il venait de terminer. Immédiatement tombé dans le coma, il est décédé le lendemain des suites d'une hémorragie cérébrale.

Lire aussi : Hommage à Clément Méric : échauffourées entre des antifascistes et la police à Paris (PHOTOS, VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter