Paul François, un agriculteur français contre Monsanto (VIDEO)

Paul François, un agriculteur français contre Monsanto (VIDEO)© Thibaud MORITZ Source: AFP
Paul François, illustration.

A l'instar de l'affaire Dewayne Johnson contre Monsanto aux Etats-Unis, Paul François, un agriculteur français, tombé malade après avoir inhalé un herbicide de la firme, a attaqué cette dernière en justice. Mais le procès s'éternise...

L'agriculteur Paul François a livré le témoignage de son combat à RT France. Il a attaqué la firme Monsanto à la suite de graves problèmes de santé qu'il a eus en 2004, après avoir utilisé le Lasso, un puissant herbicide de la firme. Ce pesticide est interdit au Canada depuis 1985 et au Royaume-Uni depuis 1992. La France ne l'a interdit qu'en 2007. Selon le témoignage de Paul François, rien sur l'étiquette n'indiquait que l'utilisation de ce produit nécessitait un équipement particulier. Le jour où il en a inhalé, les conséquences sur sa santé ont été immédiates : «J'ai été hospitalisé en urgence parce que j'avais perdu connaissance.» Paul François est resté à l'hôpital durant cinq mois et a eu un arrêt de travail d'une durée de neuf mois.

En 2007, l'agriculteur attaque seul le groupe Monsanto. Plus de dix ans après, son combat judiciaire n'est toujours pas terminé. En effet, alors que la justice lui a donné raison par deux fois, les avocats de Monsanto ont réussi à obtenir un troisième procès. Son cas sera à nouveau débattu en février 2019.

La décision prise récemment en Californie a de quoi lui donner de l'espoir. En effet, Dewayne Johnson, un américain atteint d'un cancer causé par l'herbicide Roundup, a obtenu un dédommagement historique de la part de Monsanto. Le 10 août, un tribunal de San Francisco a condamné le géant de l'agrochimie à lui verser plus de 250 millions d'euros.

Lire aussi : Etats-Unis : Monsanto condamné à payer 250 millions d'euros à un jardinier victime du Roundup

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter