«Vous préférez des bandits de rencontre» : Mélenchon charge Benalla et Macron à l'Assemblée

«Vous préférez des bandits de rencontre» : Mélenchon charge Benalla et Macron à l'Assemblée
Illustration : Jean-Luc Mélenchon en octobre 2017, photo ©Benoit Tessier/Reuters

Dans une ambiance houleuse, face à Edouard Philippe présent dans l'hémicycle, Jean-Luc Mélenchon s'est lancé dans une diatribe à l'adresse de l'exécutif. Dans le cadre de l'affaire Benalla, le gouvernement est la cible de deux motions de censure.

Absent mais omniprésent, Emmanuel Macron a été la cible ce 31 juillet de deux motions de censure sur l'affaire Benalla, de droite et de gauche, qui ont été débattues à l'Assemblée nationale.

Lire aussi : Benalla : Philippe accuse l'opposition «d'alimenter les populismes et les théories du complot»

Qui est censé venir le chercher ? Nous y sommes prêts

Expliquant son vote, Jean-Luc Mélenchon a assuré, dénonçant la présidence : «Benalla n'est pas la cause du problème, c'est le symptôme.» Et le leader de La France insoumise (LFI) de répondre à Emmanuel Macron, après son intervention du 24 juillet : «Le président a dit : "Qu'ils viennent me chercher." Quel est ce vocabulaire ? Quelle est cette bravacherie ? Qui est censé venir le chercher ? Nous y sommes prêts.»

Dans le cadre de la motion de censure portée par la gauche, le chef de file des Insoumis s'est livré à une critique globale de la politique gouvernementale. «Quel que soit le sujet, vous n'aimez pas l'Etat. Vous n'aimez pas les fonctionnaires. Vous leur préférez des bandits de rencontre», a-t-il lâché faisant référence entre autres à Alexandre Benalla.

Chaîne ininterrompue de turpitudes au sommet de l'Etat

«A cette heure, qui doit mener le monde ? Le marché ou la vertu ?», a-t-il demandé au gouvernement et à Edouard Philippe, présent dans l'hémicycle. «Vous n'êtes pas là parce que vous l'avez voulu, vous êtes là parce que vous y êtes contraints. Nous n'avons pas eu d'autre recours que la [motion de] censure pour vous obliger à venir, assumer devant nous vos responsabilités», a accusé Jean-Luc Mélenchon dénonçant une «chaîne ininterrompue de turpitudes au sommet de l'Etat».

«Nous vous censurons», a-t-il encore asséné, exigeant également que le projet de réforme de la Constitution, suspendu en raison de l'affaire Benalla, soit soumis à référendum.

Lire aussi : «Et de droite, et de gauche» : l'affaire Benalla fait converger les anti-Macron (ANALYSE)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»