«Vous préférez des bandits de rencontre» : Mélenchon charge Benalla et Macron à l'Assemblée

«Vous préférez des bandits de rencontre» : Mélenchon charge Benalla et Macron à l'Assemblée
Illustration : Jean-Luc Mélenchon en octobre 2017, photo ©Benoit Tessier/Reuters

Dans une ambiance houleuse, face à Edouard Philippe présent dans l'hémicycle, Jean-Luc Mélenchon s'est lancé dans une diatribe à l'adresse de l'exécutif. Dans le cadre de l'affaire Benalla, le gouvernement est la cible de deux motions de censure.

Absent mais omniprésent, Emmanuel Macron a été la cible ce 31 juillet de deux motions de censure sur l'affaire Benalla, de droite et de gauche, qui ont été débattues à l'Assemblée nationale.

Lire aussi : Benalla : Philippe accuse l'opposition «d'alimenter les populismes et les théories du complot»

Qui est censé venir le chercher ? Nous y sommes prêts

Expliquant son vote, Jean-Luc Mélenchon a assuré, dénonçant la présidence : «Benalla n'est pas la cause du problème, c'est le symptôme.» Et le leader de La France insoumise (LFI) de répondre à Emmanuel Macron, après son intervention du 24 juillet : «Le président a dit : "Qu'ils viennent me chercher." Quel est ce vocabulaire ? Quelle est cette bravacherie ? Qui est censé venir le chercher ? Nous y sommes prêts.»

Dans le cadre de la motion de censure portée par la gauche, le chef de file des Insoumis s'est livré à une critique globale de la politique gouvernementale. «Quel que soit le sujet, vous n'aimez pas l'Etat. Vous n'aimez pas les fonctionnaires. Vous leur préférez des bandits de rencontre», a-t-il lâché faisant référence entre autres à Alexandre Benalla.

Chaîne ininterrompue de turpitudes au sommet de l'Etat

«A cette heure, qui doit mener le monde ? Le marché ou la vertu ?», a-t-il demandé au gouvernement et à Edouard Philippe, présent dans l'hémicycle. «Vous n'êtes pas là parce que vous l'avez voulu, vous êtes là parce que vous y êtes contraints. Nous n'avons pas eu d'autre recours que la [motion de] censure pour vous obliger à venir, assumer devant nous vos responsabilités», a accusé Jean-Luc Mélenchon dénonçant une «chaîne ininterrompue de turpitudes au sommet de l'Etat».

«Nous vous censurons», a-t-il encore asséné, exigeant également que le projet de réforme de la Constitution, suspendu en raison de l'affaire Benalla, soit soumis à référendum.

Lire aussi : «Et de droite, et de gauche» : l'affaire Benalla fait converger les anti-Macron (ANALYSE)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter