Paris : évacuation du campement sauvage surnommé la «colline du crack» à porte de la Chapelle

Paris : évacuation du campement sauvage surnommé la «colline du crack» à porte de la Chapelle© Bertrand Guay Source: AFP
Un véhicule de CRS dans le nord de Paris, le 18 août 2018. (image d'illustration)

Dans ce campement insalubre vivent une centaine de personnes. Lieux de plusieurs trafics de drogue, dont de crack, il est situé sur un accès au périphérique, aux portes de Paris. Deux bretelles sont fermées à la circulation pour 24 heures.

Deux accès au boulevard périphérique au niveau de la porte de la Chapelle, dont celui pour accéder à l'autoroute l'A1, sont fermés pour 24 heures par la préfecture de Police ce 27 juin. Les autorités ont en effet décidé du démantèlement d'un campement sauvage surnommé «la colline du crack», lieu de nombreux trafics de drogue, en particulier la vente de crack.

Une centaine de personnes sont installées dans ce campement situé sur la bretelle d'accès où se mêlent des migrants et une population en grande marginalité. Un camp de migrants qui y était accolé avait d'ailleurs déjà été évacué le 4 juin.

Des responsables associatifs cités par l'AFP ont fait savoir qu'ils redoutaient «tôt ou tard une évacuation». Sont pointés du doigt le risque que les fumeurs de crack de ce campement se déplacent à la gare du Nord, ainsi que dans les stations de métro à proximité. Mais les autorités doivent aussi prendre en compte les travaux du pôle universitaire Condorcet et ceux des Jeux olympiques de 2024.

Depuis 7 h ce 27 juin, environ une heure d'embouteillage est constatée pour accéder au périphérique, selon le PC mobilité de Radio France.

Lire aussi : Insécurité, toxicomanie, saleté : un élu du XVIIIe interpelle Anne Hidalgo dans une vidéo ironique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter