Gérard Collomb assigné en justice après le placement en détention d'un Irakien pour crime de guerre

Gérard Collomb assigné en justice après le placement en détention d'un Irakien pour crime de guerre© Benoit Tessier Source: Reuters
Le ministre de l'Intérieur répond aux questions des parlementaires à l'Assemblée, le 13 juin 2017, illustration
Suivez RT en français surTelegram

Soupçonné d'avoir appartenu à Daesh en Irak, Ahmed Hamdane a été mis en examen en mars en France. Gérard Collomb a félicité la célérité de la DGSI dans cette affaire, mais le suspect l'assigne en justice pour atteinte à la présomption d'innocence.

L'Irakien Ahmed Hamdane avait été interpellé le 6 mars dernier et mis en examen le 9 mars, pour «assassinats en relation avec une entreprise terroriste» et «crimes de guerre», puis placé en détention provisoire. Il est soupçonné d'avoir participé à un massacre commis par le groupe terroriste Daesh en Irak en tant que haut cadre dirigeant avant de rallier la France en obtenant le droit d'asile accordé par l'Ofpra en juin 2017. Mais selon une information de France Info, le 20 juin 2018, l'avocat d'Ahmed Hamdane a annoncé que son client avait assigné le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb en justice pour «atteinte à la présomption d'innocence». L'audience a été fixée au 6 juillet.

D'après les informations que Gérard Collomb a confiées lui-même à la presse le 8 juin en marge d'un déplacement à Périgueux, Ahmed Hamdane était suivi par la DGSI depuis l'été 2017, c'est-à-dire un mois après avoir obtenu une carte de résident pour dix ans. Une notice rouge d'Interpol avait alors déclenché l'action des renseignements et de la justice. Cependant, la DGSI a constaté que l'homme n'avait eu aucune activité terroriste depuis son arrivée sur le territoire français.

Cet homme de 33 ans est soupçonné par la justice antiterroriste française d'avoir participé en juin 2014 au massacre du camp militaire de Speicher, à Tikrit, au nord de Bagdad. Des hommes armés avaient alors enlevé des centaines de jeunes recrues de l'armée, essentiellement chiites, qu'ils avaient exécutées un par un, tuant jusqu'à 1 700 personnes dans cette ville alors occupée par les djihadistes de Daesh.

Lire aussi : La France a-t-elle donné des papiers à un chef de Daesh ?

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix