Une association va demander l'ouverture d'une enquête sur les comptes de campagne d'Emmanuel Macron

Une association va demander l'ouverture d'une enquête sur les comptes de campagne d'Emmanuel Macron© Philippe Wojazer Source: Reuters
Image d'illustration : Emmanuel Macron et Manuel Valls

Face au choix de la Commission de contrôle des comptes de ne pas avoir saisi la justice à propos des rabais accordés à l'équipe d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle 2017, l'association Fricc a décidé de lancer un recours en justice.

Après un afflux de révélations concernant les comptes de campagne du candidat d'En Marche !, le Fricc (Front républicain d'intervention contre la corruption) a annoncé le 8 juin 2018 dans un communiqué sa décision de saisir la justice pour demander l'ouverture d'une enquête afin que «la lumière [soit] faite sur les remises» dont a bénéficié Emmanuel Macron lors de sa campagne.

Dans son communiqué, le Fricc dénonce notamment le fait que «la Commission nationale de contrôle des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) ait «laissé passer des factures étonnantes et n’a[it] pas respecté ses propres règles».

Si l'association a annoncé vouloir saisir le Parquet national financier (PNF), l'AFP a toutefois précisé que la plainte serait déposée au parquet de Paris.

Association de petite taille dirigée par Jean-Luc Touly, le Fricc a été fondé au mois de juin 2015 avec l'objectif affiché de «lutter contre la corruption des élus et des personnes qui ont la charge de l'argent public». Pour son premier recours en justice lors de sa création, l'association avait déposé une plainte contre Manuel Valls, alors Premier ministre, pour détournement de fonds publics dans le cadre de son voyage privé pour assister à la finale de la Ligue des champions à Berlin.

Alors que plusieurs médias livrent depuis quelques jours une série de révélations sur d'importantes ristournes accordées par diverses entreprises à l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron avant l'élection présidentielle de 2017, des questions se posent sur les choix de la CNCCFP dans le traitement de ce dossier. En effet, des réductions accordées à l'équipe du candidat d'En Marche ! sur certaines prestations dépassent largement le seuil au-delà duquel la CNCCFP se fixe pour consigne de saisir la justice.

Lire aussi : Emmanuel Macron et Jawad le logeur de Daesh ont un ami commun (et il pose sur Snapchat)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter