Loi anti-fake news : Mélenchon dénonce «une grossière tentative de contrôle sur l’information»

Loi anti-fake news : Mélenchon dénonce «une grossière tentative de contrôle sur l’information»© Philippe Wojazer Source: Reuters

Alors que la loi sur les fausses nouvelles est discutée à l'Assemblée le 7 juin, le leader de La France Insoumise a publié un article sur son blog intitulé «Les "fake news" sont l’info». Derrière ce titre provocateur, il fustige le texte de loi.

La proposition de loi destinée à lutter contre «la manipulation de l'information» –selon la nouvelle terminologie proposée en amendement par le député LREM de la 3e circonscription du Bas-Rhin, également rapporteur et président de la Commission des affaires culturelles et de l'éducation – sera débattue en séance publique à l'Assemblée nationale le 7 juin. 

Deux textes devraient être votés, une loi ordinaire et une loi organique (qui doit être obligatoirement soumise au Conseil constitutionnel).

Elles visent par exemple à permettre à un candidat ou à un parti de saisir le juge des référés pour faire cesser la diffusion de «fausses informations» durant les trois mois précédant un scrutin national. Sans être cités, la chaîne russe RT et le site Sputnik sont dans le collimateur de l'exécutif, accusés par Emmanuel Macron d'agir pour le Kremlin en «organes d'influence» et «de propagande mensongère»

Macron, en bon élève et suiveur du maître des USA, a pris à son compte ce qui n’était pourtant au départ qu’une campagne des agences d’influence nord-américaines

Alors que les critiques contre ce projet de l'exécutif se font entendre à gauche comme à droite, le leader du parti La France Insoumise (LFI) a ajouté sa pierre à l'édifice dans une note de blog mise en ligne ce 5 juin. Dans ce texte, au titre un brin provocateur, «Les «fake news» sont l’info», le candidat dénonce les intentions qu'il prête au chef de l'Etat : «Le régime macroniste prétend à présent dire quelle est la vérité dans l’information», estime-t-il par exemple.

Jean-Luc Mélenchon revient tout d'abord sur le traitement, biaisé selon lui, dont fait l'objet LFI dans les médias. Il estime que son parti est lui-même victime de la diffusion de fausses informations par de nombreux médias, qu'il attribue à des pressions venues du sommet de l'Etat.

Jean-Luc Mélenchon critique la bataille pour le «soft pouvoir» d'Emmanuel Macron 

«Il n’y a rien à attendre de la part de ceux-là même qui pratiquent continuellement la méthode de la diffusion de fausses informations sur ceux qui leur déplaisent», explique le député de Marseille. Il consacre également deux paragraphes au contexte dans lequel s'est préparé la loi anti-fake news, «naturellement» géopolitique.

Sous prétexte de viser «Russia today» et «Sputnik», tous les sites sont désormais sous la menace d’une interruption décidée par le pouvoir

Il estime ainsi qu'il s'agit, de la part du président de la République, d'une bataille «pour le "soft" pouvoir, après que les Russes ont pris pied dans un domaine où les USA régnaient seuls jusque-là». «Macron, en bon élève et suiveur du maître des USA, a pris à son compte ce qui n’était pourtant au départ qu’une campagne des agences d’influence nord-américaines», poursuit-il. Qualifiant de «danger» la nouvelle loi en discussion, il fait savoir que «sous prétexte de viser "Russia today" [ancien nom de RT] et "Sputnik", tous les sites sont désormais sous la menace d’une interruption décidée par le pouvoir». «Il ne s’agit de rien d’autre que d’une grossière tentative de contrôle sur l’information et les moyens de celle-ci», souligne encore Jean-Luc Mélenchon.

Il propose enfin un Conseil de déontologie des médias : «Non pour faire la guerre à la Russie et aux sites qui déplaisent au pouvoir, mais pour lutter contre les abus de pouvoir sans recours auxquels se livrent sans limite les grands médias audiovisuels qui dominent la scène», ajoute-t-il.

Lire aussi : Des «fausses informations» à la «manipulation de l'information»: le gouvernement change de stratégie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter