Un commando d'hommes cagoulés brûle les voitures de surveillants de la prison de Fresnes

Un commando d'hommes cagoulés brûle les voitures de surveillants de la prison de Fresnes© STEPHANE DE SAKUTIN Source: AFP
Image d'illustration de la prison de Fresnes

Dans la nuit du 31 mai au 1er juin, la prison de Fresnes a été victime en son sein d'une attaque d'une douzaine d'individus cagoulés, s'attaquant aux véhicules du personnel pénitencier.

Selon le journal 20 minutes, une vidéo des caméras de surveillance montre un commando d'une douzaines de personnes cagoulées incendiant trois voitures et un scooter appartenant à des agents pénitenciers de la prison de Fresnes.

Les faits se sont produits dans l'enceinte de la prison dans la nuit du 31 mai au 1er juin. L’enquête a été confiée au commissariat de l’Haÿ-les-Roses. «C’est la première fois qu’un tel acte de malveillance se produit sur le domaine de l’établissement», confesse une source au sein de l’administration pénitentiaire au quotidien. Les actes se sont produits plus précisément au pied des logements dédiés au personnel et à leur famille.

D'après 20 minutes, pour l'heure, la piste la plus sérieuse des enquêteurs serait liée à des représailles. Un lien pourrait en effet exister entre ces incidents et «une tentative d’évasion déjouée la semaine dernière par le renseignement pénitentiaire».

Interrogé par le journal, Frédéric Godet, délégué à Fresnes du syndicat Ufap-Unsa pénitentiaire s'inquiète d'un «sentiment d’insécurité grandissant». «Aujourd’hui on a également peur pour nos familles », ajoute-t-il. «Il faut que la sécurisation du site aille plus vite, les gens ne peuvent pas rester dans ces conditions», poursuit le délégué syndical.

Lire aussi : Réseau de corruption démantelé dans la prison de Fresnes : six hommes en garde à vue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter