Maltraitance d'enfants et prosélytisme : une secte interdite en Allemagne s'installe à Toulouse

Maltraitance d'enfants et prosélytisme : une secte interdite en Allemagne s'installe à Toulouse© Frederick Florin Source: AFP
La Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg le 24 janveir 2018. (image d'illustration)

La présidente de l'association Info-Sectes alerte ce 11 mai sur la présence à Toulouse de membres de la secte religieuse des «12 tribus», interdite en Allemagne depuis 2013. Elle ferait notamment du «prosélytisme» sur le marché de la ville rose.

L'association Info-Sectes s'alarme de l'installation dans le quartier Saint-Aubin à Toulouse de la secte religieuse des «12 tribus», aussi connue sous le nom de «Tabitha’s Place». Cette dernière, dissoute en Allemagne en 2013 à la suite de maltraitances sur des enfants, aurait en effet élu domicile dans la ville rose.

Monique Rich, présidente d’Infos-Sectes Midi-Pyrénées, a ainsi lancé une mise en garde et cherche à alerter les autorités. Selon elle, la secte ferait du «prosélytisme» afin «d'attirer des jeunes par le biais de sa boutique» de produits bio ou de son stand sur le marché de Toulouse.

«Châtiments corporels sur enfants» et «traitements inhumains et dégradants»

Dans une décision de ce 22 mars, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a donné raison à l'Etat allemand, qui avait «extrait» une quarantaine d'enfants maltraités il y a cinq ans. 

Un journaliste allemand avait en effet placé des caméras de surveillance dans les locaux de la secte et avait réussi à capter des scène de maltraitance. Dans sa décision, la CEDH évoque des «châtiments corporels sur enfants» et des «traitements inhumains et dégradants». Monique Rich souhaite donc s'appuyer sur cette décision pour soustraire les enfants à la communauté.

Les «12 tribus», secte religieuse d'inspiration hippie, s'oppose notamment à la scolarisation des enfants. Fondée aux Etats-Unis en 1972 sous l’impulsion d’un couple de fondamentalistes protestants, elle estime qu'il faut reconstruire les douze tribus d’Israël et procède à une lecture littérale de la Bible, se donnant pour but de vivre de la même manière que les premiers Chrétiens. Ils prennent des noms hébreux, vivent en quasi-autarcie et refusent médicaments, vaccins et médecins. 

C'est sur la base de versets bibliques que la communauté prescrit aux parents le châtiment corporel à l'encontre de leurs enfants ou encore l'interdiction de jouer. Elle est également régulièrement accusée de travail dissimulé, ses membres travaillant dans de petits ateliers à l'intérieur de leur domicile. En France, la communauté existe depuis 1983. Elle compterait une centaine de membres. Elle a également des représentants dans plusieurs pays du monde. 

En 2001, deux adeptes des «12 tribus» ont été condamnés dans le Béarn après la mort d’un enfant de 19 mois, faute de soins.

Lire aussi : Des rapports sexuels avec une fillette de 10 ans ne sont pas un viol, selon une cour finlandaise

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter