Afrique du Sud : le prophète vaporise de l’insecticide «divin» sur ses fidèles pour les «guérir»

Afrique du Sud : le prophète vaporise de l’insecticide «divin» sur ses fidèles pour les «guérir»© Capture d'écran du compte Facebook de l'église de l'Assemblée générale du Mont Zion
Le «prophète» vaporise de l'insecticide Doom sur ses fidèles

Des photos publiées sur la page Facebook d'une église sud-africaine montrent un «prophète» pulvériser un aérosol destiné à tuer des insectes sur ses fidèles. Le scandale a défrayé la chronique sur les réseaux sociaux.

«Des gens sont venus avec des blessures. Nous leur avons pulvérisé de l'insecticide et ils sont guéris», a expliqué Lethebo Rabalago, un prophète sud-africain autoproclamé, dans une interview accordée le 21 novembre au quotidien d'Afrique du Sud Times

«Nous disons qu'avec Dieu tout est possible. [...]. Nous pouvons utiliser n'importe quoi à condition de penser que cela peut soigner les gens. [...] Tout sur Terre appartient à Dieu. L'essence appartient à Dieu. "Doom" [nom de l'insecticide qui signifie en anglais "fatalité" ] appartient à Dieu», s'est justifié le prophète, également surnommé «Détective». 

Cet individu a également expliqué à la BBC qu'il avait vaporisé le visage d'une femme parce qu'elle avait une infection oculaire avant de prétendre que la femme se sentait «très bien parce qu'elle croyait en la puissance de Dieu». Lethebo Rabalago prétend également que le spray peut guérir du cancer et du sida.

Lethebo Rabalago a vaporisé de l'insecticide Doom sur le visage, le cou et les pieds de ses fidèles le 18 novembre lors d'un rassemblement à Mookgophong, dans la province sud-africaine du Limpopo. Les photos publiés sur la page Facebook de l'église de l'Assemblée générale du Mont Zion (MZGA) ont suscité une vague d'indignation sur les réseaux sociaux.

© Capture d'écran du compte Facebook de l'église de l'Assemblée générale du Mont Zion

La société d'aérosols Tiger Brands qui fabrique l'insecticide Doom a également fait part de son indignation dans un communiqué. «Nous considérons cette pratique extrêmement inquiétante», a expliqué la société. Il est «dangereux d'utiliser "Doom" ou tout autre aérosol sur le visage d'êtres humains».

L'Afrique du Sud est confrontée à une multiplication de rituels de guérison peu orthodoxes. Un incident similaire a vu un pasteur convaincre des membres de son église de manger des serpents et de l'herbe, et de boire du carburant pour guérir.

Lire aussi : Plongée au sein de la secte Gloriavale, où les anciens forment les couples

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.