«Du macronisme béat sur le service public» : le documentaire sur Macron etrillé sur la toile

«Du macronisme béat sur le service public» : le documentaire sur Macron etrillé sur la toile© MICK TSIKAS Source: AFP
Emmanuel Macron

Réalisé par le nouveau patron de La Chaîne parlementaire, le documentaire sur Emmanuel Macron diffusé par France 3 a été très critiqué sur les réseaux sociaux, pour son ton jugé complaisant envers le chef de l'Etat.

La première année au pouvoir d'Emmanuel Macron a été célébrée le 7 mai sur France 3 par la diffusion du documentaire Macron président : la fin de l'innocence, qui a beaucoup fait réagir sur la toile.

Réalisé par Bertrand Delais – un proche du chef de l'Etat récemment choisi par le bureau de l'Assemblée nationale pour diriger La Chaîne parlementaire –, le documentaire, que certains sont allés jusqu'à qualifier d'hagiographie, a été la cible des critiques pour son ton complaisant et son manque total de distance critique. 

Ainsi, comme beaucoup d'autres, le rédacteur en chef de Buzzfeed Stéphane Jourdain n'a pas hésité à établir un lien entre ce film et la récente nomination de Bertrand Delais à la tête de LCP.

Une critique reprise par Samuel Potier, le rédacteur en chef adjoint du Figaro, qui a en outre dénoncé du «macronisme béat en prime time sur le service public financé par le contribuable».

Certains, comme le journaliste Sylvain Chazot, se sont amusés à dresser un parallèle avec les commémorations de mai 68, y voyant un retour à l'ORTF pour l'occasion.

Côté politique, le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure a estimé que le réalisateur avait confondu «ses convictions et l'information».

«Le culte de la personnalité du président en France devient insupportable», a pour sa part attaqué le leader des insoumis Jean-Luc Mélenchon.

Pour sa défense, Bertrand Delais a confié au micro de RTL que s'il avait voulu faire une œuvre de propagande ou de communication, il n'aurait pas intégré dans le film «les quelques sonores qui font polémique sur les APL ou sur la petite bourgeoisie».

Lire aussi : Macron, un an après : et après ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter