«Singes hurleurs», «paresseux» : un gendarme sanctionné pour ses comparaisons visant les Guyanais

«Singes hurleurs», «paresseux» : un gendarme sanctionné pour ses comparaisons visant les Guyanais© JODY AMIET Source: AFP
Vue aérienne de Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane)

Au cours d’un discours prononcé le 21 avril, un chef d’escadron de la gendarmerie mobile en mission en Guyane, a comparé la population locale à des «singes hurleurs». Depuis le 4 mai, il est visé par une mesure disciplinaire.

Selon un document obtenu par le journal Le Monde et la chaîne de télévision LCI, un chef d’escadron de gendarmerie mobile, censé faire le bilan de sa mission de trois mois en Guyane, a enchaîné les métaphores animalières douteuses au cours d’un discours prononcé le 21 avril à Saint-Laurent-du-Maronie.

«Quelle faune exceptionnelle que tous ces singes hurleurs lançant autant de jurons que de parpaings pour marquer leur territoire, ces petits caïmans trempant jour et nuit dans l’alcool et entourés de plantes euphorisantes, s’en prenant sans prévenir à des proies toujours crédules», a lancé Cédric S. devant plusieurs représentants officiels civils et militaires. Par ailleurs, il a évoqué «des paresseux très nombreux dans la région, dont la réactivité et l’envie de travailler n’ont d’égal que les résultats qu’ils obtiennent». 

Le discours a par la suite été publié dans La Gazette du 25/1, un journal destiné aux gendarmes de l’escadron. Affiché également quelques jours durant dans le cantonnement de l’escadron à Saint-Laurent-du-Maroni, il a finalement été retiré, puis envoyé par e-mail aux gendarmes mobiles. A son retour en métropole, Cédric S. a été convoqué par son commandement basé en Ile-de-France, avant d’être visé par une procédure disciplinaire, le 4 mai.

D'après Le Monde, le service de communication de la gendarmerie a déploré «des propos choquants, intolérables, qui ne sont pas acceptables». De son côté, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a condamné des propos «inadmissibles et choquants» dans un communiqué diffusé le 6 mai. 

Lire aussi : «Bamboula, ça reste convenable» : le dérapage d'un syndicaliste de la police (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter