Accusations de corruption : Bolloré se dit victime des préjugés contre l'Afrique

- Avec AFP

Accusations de corruption : Bolloré se dit victime des préjugés contre l'Afrique© Jean-Paul Pelissier Source: Reuters
Vincent Bolloré, en avril 2017

Vincent Bolloré, mis en examen pour «corruption» dans une enquête sur les conditions d'attribution de concessions portuaires en Afrique, a affirmé que ces soupçons se nourrissaient de la perception d'une Afrique comme «terre de non-gouvernance».

Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche (JDD), Vincent Bolloré, dont le groupe est soupçonné d'avoir utilisé les activités de conseil politique de l'agence Havas qu'il contrôle pour décrocher des contrats de gestion les ports de Lomé au Togo et de Conakry en Guinée, évoque aussi les deux «pénibles» jours de garde à vue qui ont abouti à sa mise en examen le 25 avril.

Sans commenter directement les faits qui lui sont reprochés, Vincent Bolloré demande cependant : «Comment imaginer que des dépenses de communication de quelques centaines de milliers d'euros comptabilisées en toute transparence [...] aient déterminé des investissements de centaines de millions d'euros pour des opérations portuaires où l'exigence technique est considérable ?»

Il affirme en outre que ces appels d'offre ont été «réalisés dans un cas, deux ans, dans l'autre, neuf ans avant les élections» d'Alpha Condé en Guinée et de Faure Gnassingbé au Togo en 2010.

Il déplore aussi qu'«en raison de campagnes véhiculant des informations fausses ou malveillantes», le continent africain, où son groupe a investi «près de quatre milliards d'euros et a contribué à [...] créer énormément d'emplois», soit «appréhendé comme une terre de non-gouvernance, voire de corruption».

«J'ai réalisé au cours de ces derniers jours que ce que nous faisions en toute bonne foi depuis longtemps, vu à travers le prisme d'un continent africain considéré comme dirigé par des équipes sans foi ni loi était le terreau d'une suspicion légitime», développe-t-il, assurant poser «sérieusement» la question : «Faut-il abandonner l'Afrique  ?»

L'Afrique représente environ 20% de l'activité du groupe Bolloré, hors intégration récente du géant des médias Vivendi.

Lire aussi : Affaire des ports africains : Vincent Bolloré placé en garde à vue à Nanterre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»