Un cheminot s'empare du micro d'un journaliste et le cuisine sur la couverture de la grève (VIDEO)

Un cheminot s'empare du micro d'un journaliste et le cuisine sur la couverture de la grève (VIDEO)© Eric Gaillard Source: Reuters
Drapeau de la CGT le 4 avril sur le quai de la gare de Nice.

A l'occasion d'une nouvelle journée de grève contre la réforme de la SNCF, un cheminot facétieux a chipé le micro d’un journaliste de BFMTV pour l’«interviewer» et dénoncer le traitement médiatique de la grève.

«Est-ce un traitement qui est objectif ou qui est subjectif de la part de certains médias ?» La question est posée depuis un micro de BFMTV, sur le parvis de la gare de Nice le 24 avril, journée de mobilisation. Cependant, ce n’est pas un reporter qui la pose, mais un cheminot, qui vient de lui souffler et s’improvise journaliste...

Le journaliste venu couvrir la grève pour BFMTV se voit sommé de répondre aux questions du syndicaliste, réuni avec une centaine de ses collègues, notamment de la CGT. 

Est-ce que vous pensez que le traitement de ce conflit chez les cheminots est objectif de la part des médias ou est-ce qu’il est pour les cheminots ?

«Equitable» et «tout le monde a droit à la parole» sont les propos bredouillés par le reporter déconcerté. Le syndicaliste reprend : «Est-ce que vous pensez que le traitement de ce conflit chez les cheminots est objectif de la part des médias ou est ce qu’il est pour les cheminots ?». Il ajoute : «Vous n'avez qu'un choix [...] comme vous le faites avec nous.» «Il n’y a qu’un choix» et «qu’un bon point de vue», insiste le protestataire, avec ironie, dans une atmosphère plutôt bon enfant.

Etes-vous pour les cheminots ou soutien des cheminots ?

Dans cette séquence filmée par une reporter de Nice-Matin, qui est devenue virale sur Twitter, le cheminot poursuit avec ironie : «Monsieur le journaliste, je suis venu avec mes questions, vous allez me donner mes réponses !» «Etes-vous pour les cheminots ou soutien des cheminots ?», insiste-t-il. Certains syndicalistes dénoncent en effet le traitement partial des médias réservé, selon eux, à la grève. 

Le 3 avril a vu se dérouler le premier jour de «grève perlée» à la SNCF ayant pour but de mettre en échec le projet de réforme de l'entreprise publique porté par le gouvernement. Depuis, plusieurs grèves interprofessionnelles se sont succédé, mêlant les revendications d’étudiants et syndicats du transport, des hôpitaux, ou encore de La Poste, mobilisations organisées à travers toute la France.

Lire aussi : Etudiants et cheminots envahissent les gares du Nord et de l'Est à Paris (PHOTOS, VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter