«Adelphité», «droits humains» : le Haut conseil à l'égalité veut-il imposer l'écriture inclusive ?

«Adelphité», «droits humains» : le Haut conseil à l'égalité veut-il imposer l'écriture inclusive ?© POOL Source: Reuters
Danielle Bousquet est présidente du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes depuis 2013

Le Haut conseil à l'égalité a rendu son rapport. Pour lui, la constitution doit être révisée pour intégrer de nouveaux mots et concepts qui respecteraient davantage la femme. L'égalité des sexes passe-t-elle par une refonte de la langue française ?

Il y a comme un souffle canadien dans l'air. Alors que le Premier ministre Justin Trudeau est en train d'imposer la langue inclusive au Canada, la France fait quelques pas dans cette direction. Le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a publié le 18 avril ses neuf recommandations pour améliorer l'égalité entre les hommes et les femmes.

Pour cette instance, cela passe par une inscription dans la Constitution du droit à la contraception et à l’avortement, du droit à une vie sans violence sexiste et sexuelle, mais également par une modification en profondeur de la langue de Molière.

Ne dites plus «fraternité», mais «adelphité»

Ainsi, halte à la «fraternité» ! Un mot qui, selon le Haut conseil, «exclurait les femmes de la communauté politique». Il s'agirait donc de modifier ce terme «à l’instar de ce qu’a récemment fait le Canada en remplaçant "thy sons (tes fils)" par "all of us (nous tou.te.s)" dans son hymne national». En effet, la racine latine de «fraternité», frater, signifiant «frère» exclurait la gente féminine. Le Haut conseil préconise donc l'usage d'un néologisme, l'«adelphité». Une autre alternative avancée par cet organe serait d'utiliser le terme «solidarité».

En outre, la première recommandation du Haut conseil est de modifier le premier article de la Constitution en incluant la notion de «citoyennes» et constitutionnaliser le fait que l'appartenance à un sexe soit «sous représenté ou discriminé».

Aussi, l'expression «Droits de l’homme» est, pour le HCE, discriminante puisqu'elle ne désignerait «que la moitié du peuple». Il conseille la reformulation avec «droits humains».

Député.e.s

En bons pourfendeur de l'Académie française, le Haut conseil souhaite également que la Constitution utilise le point médian comme dans l'expression, «les député.e.s», ou de recourir à des termes «englobants», comme «électorat». Ce dernier serait plus neutre que les mots «l'électeur» ou «l'électrice».

L'instance a livré sa longue note le 18 avril au président de l'Assemblée nationale, François de Rugy. Ce dernier voit dans ses recommandations «une discussion riche et ouverte pour faire évoluer notre société vers toujours plus d’égalité».

Lire aussi : Ecriture inclusive: 314 profs refusent d'enseigner que «le masculin l'emporte sur le féminin»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»