Jean-Marie Le Pen définitivement condamné pour avoir qualifié les chambres à gaz de «détail»

- Avec AFP

Jean-Marie Le Pen définitivement condamné pour avoir qualifié les chambres à gaz de «détail»© JOEL SAGET Source: AFP
L'ancien leader du Front national Jean-Marie Le Pen

L’ancien président d'honneur du Front national s’était pourvu en cassation après avoir été condamné en appel, en mars 2017, pour contestation de crime contre l’humanité. Il devra s’acquitter d’une amende de 30 000 euros.

La Cour de cassation a validé le 27 mars la condamnation de Jean-Marie Le Pen à 30 000 euros d'amende pour avoir une nouvelle fois qualifié les chambres à gaz de «détail» de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale en avril 2015, rendant cette sentence définitive.

La haute juridiction, qui juge la bonne application du droit, a rejeté le pourvoi du cofondateur du Front national (FN), qui recourait contre sa condamnation pour contestation de crime contre l'humanité prononcée le 1er mars 2017 par la cour d'appel de Paris. L’ancien président d’honneur du FN avait déjà été condamné à deux reprises, au civil, par la justice française pour des propos similaires, tenus pour la première fois en 1987.

Critiqués par sa fille Marine, qui lui a succédé à la tête du parti, ces propos avaient notamment entraîné la suspension – annulée ensuite par la justice – de Jean-Marie Le Pen du FN, puis son exclusion. Le 2 avril 2015, au journaliste Jean-Jacques Bourdin qui lui demandait s'il regrettait d'avoir qualifié les chambres à gaz de «détail», Jean-Marie Le Pen avait répondu : «Pas du tout. Ce que j'ai dit correspondait à ma pensée que les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire de la guerre, à moins d'admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz».

Le journaliste l'avait alors relancé, demandant si «des millions de morts» pouvaient être qualifiés de «point de détail». «C'est pas un million de morts, c'est les chambres à gaz [...] moi je parle de choses précises. Je n'ai pas parlé de nombre de morts. J'ai parlé d'un système. J'ai dit que c'était un détail de l'histoire de la guerre», avait insisté l'ancien président du FN.

«Sous couvert d'admettre la réalité et le caractère "assez ignoble" des chambres à gaz [...] Jean-Marie Le Pen n'a de cesse d'en relativiser l'importance», soulignait le jugement de première instance, rendu par le tribunal correctionnel en avril 2016, estimant qu'il se livrait en fait à une concession qui n'était «qu'apparente». La cour d'appel de Paris avait confirmé cette analyse.

Lire aussi : La justice donne raison à Montebourg et estime que le Pen a bien «fait l'éloge de la Gestapo»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter