Soupçons de financement libyen : fin de la garde à vue de Nicolas Sarkozy

- Avec AFP

Soupçons de financement libyen : fin de la garde à vue de Nicolas Sarkozy© Patrick KOVARIK Source: AFP
Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi en 2007

La garde à vue de l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy dans l'enquête sur des soupçons de financement de sa campagne présidentielle de 2007 par la Libye de Mouammar Kadhafi s'est achevée ce 21 mars.

Après une vingtaine d'heures, la garde à vue de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy s'est achevée le 21 mars en fin d'après-midi. Il était entendu dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement de sa campagne présidentielle de 2007 par la Libye de Mouammar Kadhafi. «La garde à vue de Nicolas Sarkozy est terminée», a déclaré une source proche du dossier à l'AFP, sans préciser les éventuelles suites judiciaires décidées par les magistrats.

Nicolas Sarkozy était entendu depuis le 20 mars au matin, avec une interruption dans la nuit, dans les locaux de l'office anticorruption (OCLCIFF), à Nanterre près de Paris.

La veille, la garde à vue de l'ex-président de la République s'était terminée avant minuit, il avait alors pu regagner son domicile.

Après une enquête du site d'investigation Mediapart en mai 2012, faisant état de soupçons de participation financière présumée de l'ancien président libyen Mouammar Kadhafi à la campagne victorieuse du candidat de l'UMP, des magistrats français ont été chargés de l'enquête. L'ancien chef de l'Etat français (2007-2012) a de son côté toujours nié ces accusations.

L'ex-ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, est lui sorti de son audition le 20 mars dans la soirée après avoir été entendu toute la journée. Il n'avait pas été placé en garde à vue du fait de son immunité parlementaire en tant que député européen.

Lire aussi : Chaos libyen : après Cameron, le Parlement britannique accable aussi Sarkozy

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter