Migrants à la Basilique de Saint-Denis : la droite s'insurge, l'insoumis Coquerel «assume»

Migrants à la Basilique de Saint-Denis : la droite s'insurge, l'insoumis Coquerel «assume»© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT Source: AFP
Vue intérieure de la nécropole de la Basilique Saint-Denis, octobre 2016, illustration

Après la manifestation qui a eu lieu à la basilique Saint-Denis pour dénoncer la politique du gouvernement sur l'immigration, les tenants de la droite dure française ont tiré à boulets rouges sur les insoumis associés à cet événement.

Afin de défendre l’accueil des migrants et de dénoncer le projet de loi asile et immigration du gouvernement, 80 manifestants avaient investi la basilique de Saint-Denis, avant d'en être expulsés par les forces de l'ordre le 18 mars. Les manifestants avaient le soutien du collectif Coordination des sans-papiers (CSP93), du collectif Femmes en luttes 93 et de Paris Exil qui a assuré que «150 sans-papiers» étaient également présents lors de cette action. Un élu de Seine-Saint-Denis, l'insoumis Eric Coquerel, a également participé à l'action, qui n'a pas manqué d'alimenter le débat politique.

La présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, a ainsi tweeté sa colère en dénonçant une profanation de la «nécropole de nos rois» par des migrants avec le soutien de «l'extrême-gauche [...] prêts à piétiner notre civilisation [...] dans leur folie immigrationniste».

Eric Coquerel n'a pas apprécié la pique de Marine Le Pen et l'a fait savoir par retour de tweet : «J’assume d’avoir soutenu cette occupation sans irrespect ni violence de sans-papiers qui ont rappelé symboliquement qu’une église était du côté du droit d’asile et des plus démunis. Et votre idée de profanation de la "nécropole de nos rois" c’est du pur Maurras.»

Il a ensuite conclu par une citation du pape François, adressée à «tous les fachos et racistes de service».

Mais Marine Le Pen n'est pas la seule à avoir critiqué cette action.

Son ancien bras droit, Florian Philippot, a estimé : «Voir la nécropole des rois de France envahie par des associations militantes et les clandestins qu’elles amènent est un symbole très lourd : de la France visée dans son épaisseur historique, du laxisme qui domine, de l’obscénité des immigrationnistes.»

Son de cloche similaire chez Nicolas Dupont-Aignan, ancien soutien de Marine Le Pen à l'élection présidentielle, et président de Debout la France : «Scandaleuse occupation par des sans-papiers de la basilique de Saint Denis avec la complicité honteuse de militants et d’élus d’extrême gauche. Je demande l’expulsion immédiate de ces clandestins qui, en plus d’être hors-la-loi, piétinent nos racines et notre Histoire !»

Secrétaire générale des Républicains, Valérie Boyer a également réagi sur le réseau social : «80 personnes ont investi la Basilique de St-Denis ce dimanche en soutien aux migrants et sans-papiers. J'attends du gouvernement de la fermeté face à ceux qui troublent l'ordre public. Les Français saturent, agissez !»

Un tweet relayé par le président des Républicains, Laurent Wauquiez.

Migrants à la Basilique de Saint-Denis : la droite s'insurge, l'insoumis Coquerel «assume»

Une autre élue de La France insoumise (LFI) a volé au secours de la manifestation en abordant l'affaire sous son angle historique et plus révolutionnaire, selon Clémentine Autain : «Il n'y a rien à profaner. On a tout mis à la fosse commune en 1793. L'enjeu est aujourd'hui de trouver un lieu refuge pour des personnes qui ont fui la guerre et la misère.» 

Comme le lui ont toutefois fait remarquer certains internautes en commentaires, si les tombeaux des rois ont été vidés de leurs contenus en 1793 pendant la période dite de la Terreur, Louis XVIII a décidé en 1814 de transférer à nouveau les restes royaux à l'intérieur de la basilique après une semaine de fouilles. En 1815, ce sont les dépouilles de Louis XVI, Marie-Antoinette et Louis VII qui ont rejoint la basilique.

Lire aussi : Des militants pro-migrants investissent la basilique de Saint-Denis, la messe annulée (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.