Violent clash entre Rokhaya Diallo et Bernard de la Villardière sur la question du voile

Violent clash entre Rokhaya Diallo et Bernard de la Villardière sur la question du voile
Capture d'écran de la vidéo de l'émission TPMP du 26 février 2018

Invité de TPMP ce 26 février, le journaliste a été vivement critiqué par les chroniqueurs de l'émission qui l'ont accusé de stigmatiser l’islam dans ses reportages. La tension est montée d'un cran avec l'intervention de Rokhaya Diallo.

Lors de l'émission Touche pas à mon poste (TPMP) du 26 février, une joute verbale musclée a opposé Rokhaya Diallo et Bernard de la Villardière au sujet de la religion musulmane et, notamment, du voile. Dans le sillage des chroniqueurs de l'émission, qui faisaient part de leur réserve, voire de leur indignation, face aux reportages d'Enquête exclusive accusé de stigmatiser les musulmans, la militante antiraciste a interpellé le journaliste.

«Je n'aime pas du tout ce que vous faites. Je trouve que vous abordez les sujets avec une fausse neutralité qui pour moi, masque une idéologie que vous déversez dans des pseudos reportages qui, à mon avis, sont des tribunes», a attaqué d’emblée Rokhaya Diallo. Pour justifier son jugement, elle est revenue sur la polémique qui avait éclaté après l'invitation de Tania, une jeune femme voilée, sur le plateau de TPMP en janvier 2017.

Bernard de la Villardière avait alors relayé un message de l’écrivain Waleed Al-Husseini, qui dénonçait une tentative de «banalisation du voile dans l’espace public», estimant que le foulard représentait le «symbole de l’islamisation de notre société».

Répondant à Rokhaya Diallo, l'animateur a estimé que, si les femmes avaient selon lui «parfaitement le droit de porter le voile», ce dernier était le symbole d’une «régression». Il a en outre affirmé que le voile porté par cette femme «n’était pas un foulard comme un autre mais un hijab», symbole selon lui d’une idéologie qui affirme que «la femme est impure» et qu’elle peut être «une tentatrice pour l’homme».

L'échange a été particulièrement commenté sur les réseaux sociaux, puisque le nom de Bernard de la Villardière s'est hissé dans les tendances françaises de la soirée sur Twitter. La publication de l'extrait vidéo sur le compte officiel de TPMP avait quant à elle été commentée plus de 3 000 fois quelques heures après sa diffusion.

Lire aussi : Harcèlement sexuel: la faute au sexisme ou à l'islam ? Dossier Tabou suscite à nouveau la polémique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter