Législatives partielles : LR s'impose face à LREM, un «désaveu» pour Macron selon Wauquiez

- Avec AFP

Législatives partielles : LR s'impose face à LREM, un «désaveu» pour Macron selon Wauquiez © SEBASTIEN BOZON Source: AFP
Ian Boucard (LR) fête sa victoire à Belfort le 4 février

Dans les premières circonscriptions du Val d'Oise et du territoire de Belfort, les Républicains se sont imposés dans des duels contre les candidats de La République en marche pour des législatives partielles à la participation très faible.

Les Républicains (LR) ont annoncé le 4 février la victoire de leur candidat Antoine Savignat dans le Val d'Oise, face à sa concurrente de La République en marche (LREM) Isabelle Muller-Quoy, au second tour d'une élection législative partielle, dans le sillage de la réélection d'un autre candidat LR dans le Territoire de Belfort.

A Pontoise, le candidat LR s'est imposé avec 51,45%, contre 48,55% pour sa rivale, selon les résultats communiqués par la préfecture, qui font état d'une participation très faible : 19,09%. Dans un communiqué, Laurent Wauquiez, le président des Républicains, a salué un «message clair» et un «désaveu» adressés par «la France du réel» à Emmanuel Macron et à la politique du gouvernement, «dont les effets sur le terrain sont sévèrement jugés par nos concitoyens : matraquage fiscal des classes moyennes et des retraités, explosion sans précédent de l’immigration et de la délinquance.»

Au premier tour, marqué déjà par une très faible participation, Isabelle Muller-Quoy, dont l'élection en juin avait été invalidée en raison de l'inéligibilité de son suppléant, était arrivée en tête (29,28%), devant son rival LR Antoine Savignat (23,67%).

En juin dernier, la marcheuse avait été élue au second tour par 54,23% contre 45,77% pour Antoine Savignat, l'abstention avoisinant alors 60%. 

Confirmation du candidat des Républicains dans le territoire de Belfort

Ian Boucard (LR), dont l'élection avait été invalidée en décembre, a été élu député de la première circonscription de Belfort avec 58,93% des voix au second tour face au candidat MoDem-LREM Christophe Grudler. Ce 4 février, le candidat LR est arrivé largement en tête du second tour de ce scrutin avec 58,93%, contre 41,07% pour son adversaire, selon les résultats communiqués par la préfecture. Ce second tour est marqué par un taux de participation presque aussi faible que dans le Val d'Oise à 28,91%.

C'est une «belle victoire pour notre famille politique, non, Les Républicains ne sont pas morts», a estimé Ian Boucard, 29 ans, devant ses partisans rassemblés à la mairie. «Les Terrifortains ont dit non à la hausse de la CSG, non à la hausse du [prix du] carburant», a-t-il poursuivi, estimant que cette élection relevait aussi d'un «enjeu national.»

Ian Boucard et Christophe Grudler ont rejoué le duel du 18 juin dernier dans la première circonscription du Territoire de Belfort, que le candidat LR avait emporté de 279 voix seulement. Ce scrutin avait été annulé le 8 décembre par le Conseil constitutionnel, à la suite d'une requête du candidat LREM. Le Conseil a considéré que le candidat de la droite avait fait distribuer, en fin de campagne, deux faux tracts de La France insoumise et du Front national qui appelaient à voter pour lui au second tour.

Ian Boucard, suppléé par Damien Meslot, ancien député et actuel maire de Belfort, avait terminé en tête au premier tour, recueillant 39% des voix, soit 12 points de plus que son adversaire (26,7%).

Lire aussi : Législatives partielles : la droite sur un nuage, LREM en recul, le PS à bout de souffle

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.