Cadeau empoisonné pour Paris ? Le «bouquet» géant de Koons a le soutien de la ministre de la Culture

- Avec AFP

Cadeau empoisonné pour Paris ? Le «bouquet» géant de Koons a le soutien de la ministre de la Culture© JAMIE MCCARTHY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
L'oeuvre de Jeff Koons, "Tulips", exposée à New York en 2012

Imposante et pas du goût de tous, l'œuvre de Jeff Koons, une sculpture modélisant un bouquet de tulipes, est offerte à Paris, en signe d'amitié entre Français et Américains après les attentats de 2015. Françoise Nyssen a exprimé sa «reconnaissance».

Le gouvernement accompagnera la ville de Paris qui souhaite accueillir une œuvre controversée que lui a offerte l'artiste contemporain américain Jeff Koons, d'après la ministre de la Culture Françoise Nyssen au Journal du dimanche (JDD) le 4 février. Il s'agit d'un bouquet de tulipes géant pesant 33 tonnes.

«Jeff Koons a souhaité faire un don à la ville de Paris après les attentats. Je lui ai exprimé notre reconnaissance», a affirmé la ministre au JDD. «Je reçois la semaine prochaine des représentants de la scène artistique française. Nous allons accompagner la ville de Paris et trouver ensemble une solution à la hauteur de l'enjeu symbolique», a-t-elle ajouté.

Le projet d'installation de Bouquet of Tulips, une œuvre de 10 mètres de haut, fait l'objet d'une polémique. Plusieurs voix ont en effet critiqué le lieu choisi par le plasticien (entre le palais de Tokyo et le musée d'art moderne de la Ville) pour l'exposer, mais aussi son style et son coût de fabrication.

«Non merci ! S'il ne sait pas quoi faire de ses fleurs, on a des idées pour lui», s'exclame notamment le chroniqueur Eric Naulleau. 

La journaliste Appolline de Malherbe revient sur le coût réel de la sculpture (fabrication et installation) que devra acquitter le contribuable. «Un "cadeau"...? A 3 millions d'euros... Jeff Koons n'a fait don que du dessin de l’œuvre. La sculpture quant à elle, coûte 3 millions d'euros», relève la journaliste.

L'écrivain Clément Bénech, quant à lui, évoque une «laideur kitsch de l'engin [...] Une œuvre pauvre qui n'évoque aucunement dans sa forme les attentats».

L'artiste Jeff Koons, qui avait annoncé en novembre 2016 son intention d'offrir la sculpture à Paris en signe «d'amitié entre le peuple américain et le peuple français» après les attentats de 2015 et 2016, a été reçu par Françoise Nyssen le 30 janvier.

«Le coût de sa fabrication et de son installation est entièrement pris en charge par des mécènes américains et français», assure la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, dans une interview publiée sur le site du JDD.

Pour elle, ce don «est un geste beau et généreux, qui témoigne de l'amitié très forte entre nos deux pays. Ceux qui expliquent que Jeff Koons n'est pas un grand artiste sont les mêmes qui l'ont consacré comme tel. Beaubourg lui a dédié deux rétrospectives. On a le droit de ne pas aimer son travail, mais il faut bien admettre qu'il est non seulement l'un des plus cotés mais aussi l'un des plus connus du grand public».

«L'emplacement proposé par l'artiste étant à proximité du Palais de Tokyo, la décision est entre les mains de la ministre de la Culture», a-t-elle ajouté.

Lire aussi : Un Banksy vendu pour plus de 600 000 euros à Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.