Jésus volé et remplacé par une endive dans une crèche pour protester contre le sort des migrants

Jésus volé et remplacé par une endive dans une crèche pour protester contre le sort des migrants© Yann Coatsaliou Source: AFP
Image d'illustration

Emoi à Viverols, petit village du Puy de Dôme. Des individus ont dérobé un Jésus dans une exposition de crèches et déposé une endive à sa place. En guise d'explication, ils ont laissé une lettre critiquant les contrôles de migrants en Europe.

A Viverols, petit village de 400 âmes dans le Puy de Dôme, les pieuses vibrations de la messe de minuit n'ont pas évité une déconvenue aux habitants. Selon des informations du site de France Bleu, dans la nuit du 25 au 26 décembre, des malfaiteurs ont fait main basse sur le petit Jésus d’une crèche en plein air, proche de la gendarmerie. Ils ont remplacé le divin enfant par une endive. Ce geste dadaïste s’accompagnait d’une lettre dénonçant les contrôles des migrants en Europe.

La représentation de la Nativité en vannerie faisait partie de l’exposition de la ronde des crèches organisée à Viverols chaque année depuis dix ans. Elle permet d’exposer deux cents crèches principalement prêtées par des bénévoles, dans les rues de la commune ainsi que dans la salle des fêtes. L’événement attire chaque année des milliers de personnes. Sa présidente, Stéphanie Gayard, s’est émue de ce chapardage, et entend bien réagir à la hauteur du dommage subi. Elle a déclaré à France Bleu : «J'irai porter plainte à la gendarmerie dès mardi matin, c'est hors de question de laisser passer ça encore une fois.»

Car ce n’est pas une première à Viverols, l’enfant Jésus avait déjà été subtilisé au village il y a cinq ans et remplacé par une endive. Il avait été retrouvé derrière une bâche à la suite d'un avis de recherche lancé dans la presse. Seule différence avec le modus operandi actuel, le geste n’avait pas de caractère politique revendiqué.

Tout frondeurs qu’ils soient, les voleurs ont-ils été inspirés par la ligne défendue par le Pape François ? Il a en effet souligné l'importance de la charité chrétienne dans son homélie du 24 décembre depuis la basilique Saint-Pierre de Rome, et adressé à tous les croyants catholiques du monde un message de générosité envers les migrants, prenant pour exemple les parents du Messie. «Marie et Joseph, qui n'avaient pas de place, ont été les premiers à qui Dieu a donné des papiers d'identité», a-t-il professé. Le Pape François a estimé que Dieu montrait que le «vrai pouvoir et la liberté authentique» se dévoilaient «en assistant et honorant les faibles et les fragiles».

Lire aussi : Crèche de Noël : un maire de gauche choque avec une représentation de Jésus en migrant

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter