«Balai pour toilettes» : le sapin à 48 000€ de Rome, symptôme d'une gestion municipale négligée ?

«Balai pour toilettes» : le sapin à 48 000€ de Rome, symptôme d'une gestion municipale négligée ?© Capture d'écran Twitter
Le sapin dégarni de la Place de Venise

A Rome, un arbre de Noël installé sur la place de Venise a perdu toutes ses épines en deux semaines. Surnommé «le déplumé», il est devenu une star des réseaux sociaux. Mais il a surtout coûté 48 000 euros à la municipalité romaine.

Mon beau sapin, roi des forêts ? Les Romains n’auront pas pu se pâmer devant leur arbre de Noël, mais au moins auront-ils pu rire un bon coup. Installé sur l'illustre place de Venise au centre de la capitale italienne, l’arbre de la nativité de 21 mètres de haut, décoré de 600 boules argentées, s'est décomposé en quelques jours. Deux semaines après avoir été installé, il avait perdu toutes ses épines alors que la ville avait dépensé la bagatelle de 48 000 euros pour son transport.

Les branches dégarnies du sapin rebaptisé «Spelacchio» (déplumé), lui ont valu d’être comparé au célèbre balai-brosse utilisé pour nettoyer la cuvette des toilettes.

Suscitant une frénésie de moqueries sur les réseaux sociaux, des plaisantins lui ont même créé un compte Twitter dédié, suivi par 4500 personnes désireuses de discuter de ce sujet épineux.

Deux semaines après son installation, le conifère a perdu de sa splendeur et les messages de condoléance ou autres petits mots de prière se multiplient sur Twitter.

«RIP Spelacchio, on ne t’oubliera jamais», salue une internaute.

«Priez pour Spelacchio», renchérit cet utilisateur de Twitter.

«Un week-end avec la mort», se gausse un internaute qui parodie un film d'horreur.

Pour expliquer le décès prématuré du Déplumé, les hypothèses vont bon train. D'aucuns invoquent le transport, car il a été recouvert. D'autres penchent pour une installation mal supervisée qui aurait pu endommager quelques branches.

Un symptôme de la gestion chaotique de la mairie ?

Si les Romains se montrent aussi sarcastiques, c'est que ce sapin incarnerait à lui seul un certain laisser-aller typiquement romain. En effet, selon les médias italiens, l'arbre aurait été commandé en décembre, c'est à dire de manière excessivement tardive. En conséquence, la somme facturée pour son transport en urgence par la société Ecofast s'en serait ressentie. Pour de nombreux Romains, ce modus operandi est à l'image de la façon dont la municipalité gère les affaires courantes.

Lire aussi : Les Italiens germanophones bientôt citoyens autrichiens ? La proposition de Vienne qui inquiète Rome

Le célèbre journaliste italien Vittorio Zucconi a récemment écrit  : «Ce qui est arrivé à la place de Venise, ce sapin déplumé, représente parfaitement l’administration de Raggi.» En effet, les espoirs s'étaient tournés en 2016 vers la nouvelle maire, la jeune Virginia Raggi du Mouvement 5 étoiles. Elle promettait de révolutionner les habitudes et d’endiguer la corruption.

Rapidement accablée de critiques pour avoir couvert une de ses collaboratrices visée par un scandale de conflits d’intérêt, elle s'est aussi vue accusée de négliger la ville au moins autant que ses prédécesseurs. Même le Pape François y est allé de son commentaire, critiquant la saleté de la capitale devant la maire le 8 décembre 2017.

Le célèbre journaliste italien Vittorio Zucconi a dénoncé en décembre : «Ce qui est arrivé à la place de Venise, ce sapin déplumé, représente parfaitement l’administration de Raggi.»

La Place de Venise est devenue un symbole de ce que d’aucuns nomment la «décadence de Rome», comme le souligne cet utilisateur de Twitter, qui déplore la présence d'un sapin vieux, triste et décharné pour la deuxième année consécutive.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter