Les parents de la djihadiste française Margaux Dubreuil placés en garde à vue

Les parents de la djihadiste française Margaux Dubreuil placés en garde à vue© Capture d'écran YouTube @Envoyé spécial
Margaux Dubreuil, dans l'émission Envoyé spécial.

La djihadiste française détenue en Syrie, entrée dans les rangs de Daesh en 2013, avait livré un témoignage choc dans l’émission Envoyé spécial. Ses parents, soupçonnés de lui avoir envoyé de l’argent, sont en garde à vue depuis le 5 décembre.

Margaux Dubreuil est l'une des rares djihadistes françaises dont les médias ont pu obtenir le témoignage. La jeune femme de 27 ans avait notamment raconté son quotidien au sein de l’organisation terroriste Etat islamique (EI) dans l’émission Envoyé Spécial du 10 novembre, sur France 2. Elle avait rejoint Daesh en 2013, avec sa fille de deux ans. Ses parents ont été interpellés, à Nantes (Loire-Atlantique) et à Olonne-sur-Mer (Vendée) et placés en garde à vue ce 5 décembre au matin. On les soupçonne d’avoir apporté une aide financière à leur fille en lui envoyant plusieurs milliers d’euros, sur une période de plusieurs mois.

Cette interpellation survient dans le cadre de l’enquête préliminaire visant la djihadiste pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme. Les parents de la jeune femme risquent une condamnation à de la prison ferme s’ils sont reconnus coupables.

Margaux Dubreuil s’était convertie à l’islam à 18 ans après une adolescence désorientée et revendicatrice. Elle s’est radicalisée en 2013 aux côtés de son second mari avec qui elle a pris la fuite en Syrie. Mariée à quatre hommes différents dont trois sont morts au combat, elle a eu trois enfants. Actuellement incarcérée, Margaux Dubreuil a été capturée par les forces kurdes à Raqqa en Syrie, lors de la reprise de la ville. Elle a exprimé ses regrets et son souhait de revenir en France – ou d’y faire rapatrier au moins ses enfants – et de s’y livrer à la justice. La jeune femme a déjà été condamnée à deux ans de prison ferme en janvier 2017 par le tribunal correctionnel de Nantes pour soustraction et non-présentation d’enfant.

Lire aussi : Daesh : femmes et enfants retournant en Allemagne seront considérés comme «djihadistes»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.