#MeToo : quand des militantes féministes se crêpent le chignon sur la prostitution (VIDEO)

#MeToo : quand des militantes féministes se crêpent le chignon sur la prostitution (VIDEO)© Capture d'écran Twitter@Bleu_Toulouse
Echange tendu entre militantes féministes sur la prostitution

Le rassemblement pour dénoncer le harcèlement sexuel à Toulouse à donné lieu à un échange très tendu entre de jeunes militantes féministes favorables à la prostitution, et d'autres, pour certaines plus âgées, qui ne partageaient pas leur avis.

Une scène singulière, illustration des divers courants qui traversent le mouvement féministe, s'est déroulée dans les rues de Toulouse le 29 octobre à l'occasion du rassemblement #MeToo (Moi aussi), dont le but était de dénoncer les «violences sexistes» à l'encontre des femmes.

Sous l'œil d'une caméra de France Bleu, une demi-douzaine de jeunes militantes ont entrepris de chanter un slogan favorable à la prostitution – «Nos corps nos choix ! Nos corps nos choix !» – quand elles se sont violemment fait interpeller par une femme plus âgée, pourtant venue comme elles protester contre le harcèlement sexuel.

«Tu parles ! Lequel de choix ? Se faire baiser ?», leur a-t-elle demandé, visiblement hors d'elle. «Ce sont encore les femmes qui viennent faire chier ! Mais je ne le crois pas», s'est-elle morfondue pendant que ses amies tentaient de la calmer. Près d'elle, une autre femme venue avec des photos d'Harvey Weinstein, de Roman Polanski ou encore de Tariq Ramadan, également révulsée par l'attitude de ses jeunes consœurs, leur a lancé : «C'est le lobby de la prostitution qui parle là. C'est l'argent. Ce n'est pas le droit des femmes, c'est l'argent !»

Une des jeunes femmes prises à partie est alors intervenue, interloquée par la scène qu'elle venait de vivre : «Se faire agresser à un mouvement féministe, c'est quand même incroyable !»

Alors que les révélations de harcèlement sexuel autour de l'affaire Weinstein font la une des médias depuis plusieurs semaines, des manifestants avaient décidé de se rassembler autour du slogan #MeToo à Paris, Marseille, Bordeaux ou encore Toulouse.

Lire aussi : Zone non-mixte, chants et pancartes : des manifestants dénoncent le harcèlement en France (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.