«Dégueulis d’accusations» : Boutin s'insurge contre #Balancetonporc et défend la «grivoiserie»

«Dégueulis d’accusations» : Boutin s'insurge contre #Balancetonporc et défend la «grivoiserie»© Thomas Samson Source: AFP
Christine Boutin

Fraîchement retraitée de la vie politique, l'ex-ministre du Logement estime que le mouvement anti-harcèlement #Balancetonporc est susceptible d'«abîmer» la relation homme-femme. Elle ajoute que la «grivoiserie» fait partie de l'identité française.

La déferlante de dénonciations de cas de harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux, autour du hashtag #Balancetonporc, n'est pas du goût de la présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate (PCD) Christine Boutin.

A rebours de l'ambiance actuelle, Christine Boutin s'est en effet érigée lors d'une conférence de presse le 21 octobre (dans laquelle elle a annoncé son retrait de la vie politique pour se concentrer sur la théologie) en défenseur de la «grivoiserie», qui serait selon elle partie intégrante de l'identité française. Pour l'ancienne ministre du Logement, il est tout a fait regrettable que les femmes en viennent à avoir des «a priori» dès qu’elles reçoivent un compliment.

Jugeant que le «climat du moment» était «insupportable», elle a estimé que le «dégueulis d’accusations» émanant selon elle du hashtag #Balancetonporc était de nature à «abîmer» profondément les relations entre les hommes et les femmes.

«Je ne pense pas que cette espèce de torrent de révélations soit nécessaire», a-t-elle fait valoir lors de son intervention.

Effarée par le scandale du producteur Harvey Weinstein, la journaliste Sandra Muller avait lancé, quasiment sur le ton de l'humour, un appel sur Twitter pour que les femmes victimes de harcèlement, puissent sortir du silence, autour du hashtag #balancetonporc, sur Twitter. Elle avait inauguré le mouvement le 13 octobre en racontant une histoire qui se serait produite avec un patron de chaîne libidineux.

Des centaines de messages faisant état de cas présumés de harcèlement sexuel ont suivi, mettant parfois en cause des personnalités publiques comme l'ex-candidat à la présidentielle Jean Lassalle, ou encore l'islamologue suisse Tariq Ramadan, qui se sont tous deux défendus des accusations portées contre eux.

Lire aussi : «Une main au cul je m'en souviendrais !» : mis en cause par #Balancetonporc, Jean Lassalle se défend

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.