Panama Papers : l'AFP et 20 minutes condamnés pour diffamation envers le FN

- Avec AFP

Panama Papers : l'AFP et 20 minutes condamnés pour diffamation envers le FN© Benoit Tessier Source: Reuters
Marine Le Pen

L'Agence France-Presse et le quotidien 20 minutes ont été condamnés le 19 octobre pour diffamation pour avoir imputé au Front national des pratiques fiscales opaques ou frauduleuses dans le cadre du scandale des Panama Papers.

Reconnus coupables de «diffamation publique», les responsables de la publication de l'AFP et de 20 minutes ont été condamnés chacun à 1 000 euros d'amende et 2 000 euros de dommages et intérêts à verser au Front National (FN), ainsi que 2 000 euros chacun pour les frais de justice.

L'AFP a été condamnée pour une dépêche datée du 5 avril 2016 et titrée «Panama Papers : la liste des pratiques fiscales opaques s'allonge, le FN et la Société générale épinglés».

Cette dépêche reprenait des informations publiées par le journal Le Monde, qui s'était procuré, dans le cadre d'un groupe de journalistes d'investigation, des documents provenant du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca mettant en cause des membres de l'entourage de Marine Le Pen, la présidente du parti.

Le tribunal correctionnel de Paris relève que si l'article «fait état de l'implication de membres du "premier cercle des fidèles de la présidente du Front national"», il n'évoque ni ne suggère aucune implication du FN. En utilisant le terme «épinglé», l'AFP a donc, pour la justice, «excédé les limites qu'impose le devoir de prudence dans l'expression».

De son côté, le quotidien 20 minutes était attaqué pour le sous-titre d'un article du 5 avril 2016 portant sur le même scandale des Panama Papers et indiquant «Fraude : le système dénoncé aurait été utilisé par le FN pour sortir de l'argent de France au moyen de sociétés écrans et de fausses factures».

Le tribunal a relevé que l'emploi du mot «fraude», alors que l'article lui-même ne donnait «aucun élément de nature à caractériser l'utilisation d'un système offshore par le FN», était diffamatoire.

Dès la parution de l'enquête du Monde sur le scandale international qui allait notamment conduire à la chute du Premier ministre islandais, des dirigeants du FN avaient nié toute implication de leur parti dans cette affaire. 

Lire aussi : «Panama papers» : les lanceurs d’alerte derrière l’enquête brisent le silence

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»