«Nazi», «ordure», «pauvre type»... Quand Mélenchon se lâche sur «l'ignoble» Valls

«Nazi», «ordure», «pauvre type»... Quand Mélenchon se lâche sur «l'ignoble» Valls
Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale le 10 octobre 2017, photo ©Bertrand GUAY / AFP

Le Canard enchaîné rapporte un nouvel épisode de la controverse qui a opposé Manuel Valls à Jean-Luc Mélenchon. Se trouvant en présence de l'ex-Premier ministre à l'Assemblée nationale, le député insoumis l'aurait accablé d'injures.

Le 3 octobre dernier, Manuel Valls et Jean-Luc Mélenchon auraient échangé de nombreuses amabilités, atteignant même le point Godwin. «Moi, je ne m'assieds pas à côté de ce nazi», aurait lâché Jean-Luc Mélenchon, outré par l'élection de Manuel Valls à la présidence de la mission de l'Assemblée nationale sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie. «Tu n'es qu'une ordure ! Un pauvre type ! Une merde !», aurait ajouté,selon le Canard Enchaîné, le leader de La France insoumise (LFI), alors que les deux hommes étaient en présence l'un de l'autre. «Mais tu es complètement fou», aurait pour sa part rétorqué l'ex-Premier ministre et député apparenté à La République en marche (LREM).

Pour quelle raison Jean-Luc Mélenchon était-il à ce point remonté ? Manuel Valls avait fustigé la députée LFI Danièle Obono qualifiant son discours «d'islamo-gauchiste»... La déclaration avait déclenché l'ire de Jean-Luc Mélenchon, lequel s'était saisi de son clavier pour tweeter : «Corvée : siéger avec l'ignoble Manuel Valls.»

Trois jours plus tard, Jean-Luc Mélenchon ne parvenait toujours pas à décolérer. «Monsieur Valls est un personnage extrêmement clivant, qui suscite de forts rejets du fait de sa proximité avec les thèses ethnicistes de l’extrême droite», écrivait-il ainsi dans une lettre de protestation adressée au président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, le 6 octobre 2017. Un texte «ignoble» et «outrancier» avait alors jugé l'intéressé dans une bataille de tweets.

L'incident rapporté par l'édition daté du 11 octobre 2017 du Canard Enchaîné, n'a pas été confirmé par les deux protagonistes. Mais s'il était avéré, il pourrait encore témoigner, si besoin était, de l'état détestable des relations entre Jean-Luc Mélenchon, naguère membre du Parti socialiste (PS), et l'ex-Premier ministre Manuel Valls, qui a quitté le PS mais qui n'a pas tout à fait rejoint les rangs de LREM, malgré de nombreuses tentatives infructueuses.

Lire aussi : Macron va reconnaître le drapeau européen pour le maintenir à l'Assemblée, Mélenchon riposte

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.