«Un psychopathe n'est en rien un "martyr"» : François Ruffin se dissocie des propos de sa suppléante

«Un psychopathe n'est en rien un "martyr"» : François Ruffin se dissocie des propos de sa suppléante© PHILIPPE LOPEZ / AFP
François Ruffin
Suivez RT France surTelegram

Le député LFI François Ruffin a fait savoir qu'il refusait d'être associé aux propos de sa suppléante qui avait fait polémique en soutenant une collaboratrice municipale de La Courneuve ayant qualifié le terroriste de Marseille de «martyr».

Pris malgré lui dans la vive polémique née des propos tenus par Sonia Nour, ayant qualifié terroriste de Marseille de «martyr», le député de la France insoumise François Ruffin a refusé d'être associé au «soutien total» apporté par sa suppléante Zoé Desbureaux à la collaboratrice municipale suspendue depuis.

Dans un message relayé sur les réseaux sociaux, François Ruffin a affirmé sa «réprobation devant tout propos qui euphémisme la violence terroriste». «Et bien sûr, un psychopathe de ce genre n'est en rien un martyr», a-t-il ajouté pour qualifier le terroriste ayant assassiné deux jeunes femmes à coups de couteau en pleine gare de Marseille le 1er octobre. 

Assurant que Sonia Nour avait eu une «manière bien maladroite de défendre la cause des femmes», il a ajouté : «Je ne m'associe aucunement à ces messages, et je trouve assez médiocre qu'on s'efforce de m'y associer.»

«Cependant, rien ne justifie que ma suppléante subisse aujourd'hui des menaces de mort et autres injures», conclut-il.

Sonia Nour a été suspendue de son poste de collaboratrice municipale à la mairie communiste de la ville de La Courneuve après avoir qualifié de «martyr» le Tunisien en situation irrégulière ayant commis l'attaque au couteau revendiquée par Daesh. «Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre, là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation Bla Bla Bla... Par contre, que le terrorisme patriarcal nous tue tous les deux jours, on l'entend moins, votre grande gueule», avait écrit Sonia Nour sur Facebook le 3 octobre.

Le lendemain, Zoé Desbureaux a provoqué une nouvelle polémique faisant part de son «soutien total» à la collaboratrice suspendue, sur Twitter. Si elle avait rendu privé son fil Twitter après la publication du message de soutien, celui-ci avait été largement relayé sur le réseau social, lui valant des messages incendiaires. 

Lire aussi : Terroriste «martyr» : la suppléante de Ruffin épinglée pour son «soutien total» à Sonia Nour

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix