Le FN ? Un «syndicat anti-immigration» pour Philippot, propos «diffamatoire» selon Marine Le Pen

Le FN ? Un «syndicat anti-immigration» pour Philippot, propos «diffamatoire» selon Marine Le Pen© Vincent Kessler Source: Reuters
Marine Le Pen et Florian Philippot au Parlement européen en 2016

Après le départ de Florian Philippot du FN le 21 septembre, les invectives continuent par le biais des médias et des réseaux sociaux. Florian Philippot évoque un «syndicat anti-immigration» et Marine Le Pen l'accuse d'être «déloyal». Ambiance.

Les cadres du Front national (FN) et Florian Philippot, qui a quitté le parti le 21 septembre, continuent de s'invectiver par médias interposés. La présidente du FN, Marine Le Pen, somme son ancien vice-président, à mots couverts, de mettre fin aux hostilités : «Il peut partir, il peut avoir envie de créer son propre parti, mais il ne doit pas être déloyal à l’endroit du FN.»

Au micro de BFMTV, elle a également estimé que Florian Philippot se montrait «diffamatoire». Elle faisait ainsi référence aux propos qu'avait tenus ce dernier une heure plus tôt au micro de RTL. Il avait alors qualifié le FN de «syndicat anti-immigration».

Ce à quoi, Marine Le Pen a répliqué : «Qui va croire que je vais porter la rediabolisation du parti ? Personne de censé. Florian vient de rentrer dans ces gens de mauvaise foi qui cherchent à nous diaboliser pour avoir un espace politique, ce n’est pas digne.»

Le FN au garde-à-vous

Les grandes figures du Front national, en rang derrière leur présidente, n'ont pas tardé à réagir à travers les réseaux sociaux et les médias.

David Rachline, promu à la tête de la communication du parti le 21 septembre, a rappelé qu'il n'y avait «pas de place pour des courants» au sein du FN et, à l'instar de Marine Le Pen, il s'est insurgé au micro de La Chaîne parlementaire contre la «rediabolisation» du parti que Florian Philippot suggère, selon lui.

Il a également affirmé que Marine Le Pen restait «la garante de l'unité politique» du parti frontiste.

«Je crois qu'il finira chroniqueur à la télé», a pour sa part commenté Gilbert Collard, député FN du Gard, au micro de LCI, avec sa verve habituelle.

Le secrétaire général du Rassemblement bleu Marine s'est également fendu d'une pique dans un registre religieux sur la relation qu'entrediendrait Florian Philippot avec les médias : «Le voici consacré exorciste en chef du bénitier médiatique.»

Jamais en manque de traits d'esprit, l'ancien président du FN, Jean-Marie Le Pen, a tenu à exprimer sa position sur la refondation du parti, qu'il ne juge «pas nécessaire». Selon lui, c'est au reste d'influence de Florian Philippot sur le FN qu'il faudrait «remédier».

Florian Philippot serait même le «Mélenchon de droite» selon Robert Ménard, maire de Béziers apparenté FN, qui se réjouit de cette démission.

Lire aussi : Marine Le Pen : «Ceux qui ont mené une aventure solitaire ont disparu et ce sera le cas de Florian»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.