Nouvelle mobilisation pour la sauvegarde des emplois de GM&S à Guéret

Nouvelle mobilisation pour la sauvegarde des emplois de GM&S à Guéret© PASCAL LACHENAUD Source: AFP
Salariés de GM&S dans leur usine de La Souterraine le 24 juillet 2017 (image d'illustration).

Environ 200 personnes se sont rassemblées à Guéret pour protester contre la contrepartie de la reprise du site de GM&S : la suppression de 156 emplois sur 276 . Une offre qui n'est «pas à la hauteur» selon les représentants du personnel de l'usine.

Les salariés de l'usine GM&S et leurs soutiens se sont rassemblés une nouvelle fois à Guéret (préfecture du département de la Creuse), pour contester la réduction de postes demandée par GMD, le repreneur du site industriel. 156 emplois sur 276 doivent ainsi être supprimés pour garantir la pérennité de l'usine.

Après une «opération escargot» organisée sur le trajet entre cette dernière et la préfecture de la Creuse, soit une trentaine de kilomètres, les manifestants ont déposé des planches et des pneus sur la route, à proximité du dispositif policier, avant d'être reçus par le préfet Philippe Chopin. 

Plusieurs responsables locaux de gauche se sont joints à cette mobilisation, tels que la candidate malheureuse de La France insoumise (LFI) aux législatives, Laurence Pache.

«On est venu voir le préfet pour expliquer qu'on veut bien une reprise de la société mais pas cette reprise. Elle n'est pas à la hauteur de ce que l'on demande pour que cette entreprise puisse perdurer dans le temps», a déclaré à l'AFP Jean-Marc Ducourtioux, élu CGT et représentant des salariés au CE.

Alain Martineau, patron de GMD (Groupe Mécanique Découpage), l'entreprise d'emboutissage qui reprendra le site, avait déclaré au micro de France Bleu Creuse en juillet à propos de la réduction de personnel : «Je préfère être dans un cercle vertueux plutôt que dans un cercle vicieux où deux mois après la reprise on s'aperçoit que l'on est cinq de trop et que l'on est obligé de les licencier. Ça n'est pas possible.» 

Le 7 septembre, le tribunal de commerce de Poitiers avait validé l'offre de reprise de l'usine par GMD. Celle-ci sera effective le 11 septembre à minuit. 

Lire aussi : Opération de blocage de l'usine PSA de Poissy par des salariés de GM&S

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.