Explosifs à Villejuif : un troisième homme en garde-à-vue, Collomb évoque des liens avec la Syrie

- Avec AFP

Explosifs à Villejuif : un troisième homme en garde-à-vue, Collomb évoque des liens avec la Syrie© AFP Source: AFP
Opération de police à Villejuif le 6 septembre 2017

Dans la nuit du 6 au 7 septembre, un troisième homme a été placé en garde à vue dans l'enquête sur le laboratoire clandestin d'explosifs découvert à Villejuif (Val-de-Marne). Le ministre de l'intérieur Gérard Collomb privilégie la piste syrienne.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a évoqué le matin du 7 septembre «des liens avec des zones étrangères [...] le théâtre irako-syrien» après la découverte la veille d'un laboratoire d'explosifs à Villejuif, dans le Val-de-Marne, près de Paris. Le 7 septembre, un troisième homme a été placé en garde-à-vue. 

«Il y a des liens et des communications téléphoniques» avec le théâtre syrien», a expliqué le ministre sur franceinfo, assurant que «ces gens» étaient liés au terrorisme. Des sources proches de l'enquête se montraient toutefois plus prudentes sur ce point. 

Deux hommes âgés de 36 et 47 ans avaient été arrêtés le 6 septembre au Kremlin-Bicêtre, une commune voisine de Villejuif dans le Val-de-Marne, et placés en garde à vue. Dans un appartement de Villejuif, les enquêteurs ont retrouvé 100 grammes d'explosif prêt à l'emploi, ainsi que du matériel destiné à conditionner un colis piégé et des produits chimiques.

Une perquisition menée à Thiais (Val-de-Marne) le 7 septembre, dans un box utilisé par le principal suspect a par ailleurs permis la découverte de plusieurs litres de produits chimiques pouvant entrer dans la composition du TATP. Cet explosif artisanal et instable est souvent utilisé par les terroristes de l'Etat islamique pour des attentats. 

«Inconnus»

«On ne les connaissait pas. Ils n'étaient fichés nulle part», a par ailleurs fait savoir Gérard Collomb. Selon le ministre de l'Intérieur, les hommes voulaient «faire sauter des guichets de banques».

Par ailleurs, malgré la piste syrienne évoquée par le ministère, les deux suspects arrêtés le 6 septembre nient le caractère terroriste, affirmant qu'il s'agissait de grand banditisme.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête pour association de malfaiteurs terroriste criminelle qu'elle a confiée à la section antiterroriste de la brigade criminelle parisienne (SAT) et à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

«La police avait été prévenue dans la matinée par un artisan qui travaillait dans l'immeuble pour signaler des produits suspects dans un appartement», a précisé la préfecture de police de Paris.

Les policiers ont découvert 10 litres de produits permettant la fabrication de TATP, ainsi que des feuillets en langue arabe. Baptisé par l'EI la «mère de Satan», il possède un redoutable pouvoir détonant et peut s'élaborer à partir d'ingrédients disponibles dans le commerce. On l'obtient en mélangeant, dans des proportions précises, de l'acétone, de l'eau oxygénée et un acide (sulfurique, chlorhydrique ou nitrique).

Interrogé sur des liens éventuels avec les récents attentats en Catalogne, Gérard Collomb a répondu : «C'est peut-être possible, l'enquête nous le montrera [...] on sait que l'Espagne est un lieu de passage pour les filières qui remonteraient du Maroc, il est possible qu'il y ait des liens, mais franchement je n'en sais pas plus.»

Lire aussi : Des individus proches de la mouvance djihadiste auraient travaillé dans des ambassades de France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.