Plage de La Baule : Nicolas Hulot tranche en faveur de Veolia, mécène de l'une de ses fondations

Plage de La Baule : Nicolas Hulot tranche en faveur de Veolia, mécène de l'une de ses fondations
Plage de La Baule, illustration ©FRED TANNEAU / AFP

Depuis l'attribution de la gestion de la plage de La Baule au géant français des déchets et de l'eau, les commerçants dénoncent l'augmentation de la redevance. Nicolas Hulot a décidé toutefois de confirmer la concession de Veolia.

Le 23 août 2017, le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot s'est dit opposé à la remise en cause de la concession de la plage de La Baule (Loire-Atlantique) à Veolia, en raison notamment des pénalités financières que cela impliquerait.

Or, en consultant le site de la Fondation pour la nature et l'homme (ex-Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l'homme), créée précisément par l'ancien animateur et producteur télévisé, il apparaît que le géant français de la gestion de l'eau et des déchets figure parmi les mécènes. De quoi jeter un doute sur l'impartialité de la décision du ministre.

Plage de La Baule : Nicolas Hulot tranche en faveur de Veolia, mécène de l'une de ses fondations
Capture d'écran du site fondation-nature-homme.org

Nicolas Hulot justifie toutefois le maintien de Veolia en mettant en avant les pénalités dont l'Etat devrait s'acquitter envers la multinationale si le contrat devait être rompu par la municipalité.

La multinationale française (jadis Compagnie générale des eaux) a en effet obtenu la gestion de la plus grande plage d'Europe en décembre 2016 et ce pour 12 ans.

Résultat, le montant total demandé par la multinationale pour 35 sous-concessions louées à des restaurateurs ou exploitants de clubs de jeux ou sportifs. Selon ces derniers, cités par 20 Minutes Nantes, le montant demandé par Veolia devrait plus que doubler dans les quatre années à venir, passant de 380 000 euros à 805 000 euros. Quoi qu'on en dise, la gestion privée de l'environnement, envisagé comme une marchandise, a un prix.  

Lire aussi : 209 brebis tuées par un ours dans les Pyrénées : Nicolas Hulot attendu au tournant par les éleveurs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»