Une banderole de deux mètres inaugurée à Paris pour Loup Bureau, journaliste détenu en Turquie

Une banderole de deux mètres inaugurée à Paris pour Loup Bureau, journaliste détenu en Turquie © Jonathan Moadab / RT France
Une banderole de soutien à Loup Bureau

Reporters sans frontières, le comité de soutien de Loup Bureau et la Ville de Paris organisent un rassemblement pour exiger la libération du journaliste français, détenu depuis près d'un mois en Turquie.

L'organisation de défense des journalistes, Reporters sans frontières (RSF), tient un rassemblement devant la mairie du IVe arrondissement de Paris, avec le soutien de la Ville de Paris et du comité de soutien à Loup Bureau, journaliste français détenu en Turquie au prétexte de soutien à une organisation terroriste. 

Le maire de l'arrondissement, Christophe Girard, le père du journaliste Loïc Bureau, l'avocat français du journaliste Martin Pradel et le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, sont présents. 

Une poignée de militants armés de pancartes ont répondu présent à l'action, comme l'a constaté le reporter de RT France sur place.

Une banderole de deux mètres de haut affichant le visage de Loup a été dévoilée par le maire du IVe arrondissement de Paris. 

RSF a fait savoir dans un communiqué que d'autres banderoles seraient déployées dans les jours qui viennent sur les frontons des établissements publics qui souhaitent lui manifester leur soutien.

Loup Bureau, âgé de 27 ans et qui a notamment collaboré avec les chaînes TV5 Monde, Arte et le site Slate, a été interpellé le 26 juillet à la frontière entre l'Irak et la Turquie, après que des photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG (un mouvement considéré comme une organisation terroriste par Ankara) ont été trouvées en sa possession.

La Turquie occupe la 155e place sur 180 au classement 2017 de la liberté de la presse établi par RSF.

Lire aussi : Un journaliste français détenu en Turquie, Macron exprime à Erdogan sa «préoccupation»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.