Nouveau clip de rap provocateur dans une prison de Savoie : le parquet demande une enquête (VIDEO)

Nouveau clip de rap provocateur dans une prison de Savoie : le parquet demande une enquête (VIDEO)© Capture d'écran de la vidéo postée sur le compte Youtube de "Actu pénitentiaire"

Des détenus de la prison d'Aiton, en Savoie, ont tourné un clip de rap, visible sur YouTube, dans lequel ils moquent ouvertement les règles du système carcéral, fumant du cannabis autour d'une table garnie de nourriture et de boissons.

Le 7 août, des détenus de la maison d'arrêt d'Aiton, en Savoie, ont publié sur YouTube un clip de rap, tourné intégralement dans la prison à l'aide de téléphones portables, pourtant strictement interdits dans l'enceinte du site.

Dans la vidéo, le rappeur «Bibi Craveur» est entouré de ses codétenus dans ce qui semble être une salle de repos. Le groupe fume ce qui semble être de la marijuana, ostensiblement devant la caméra. Sur la table, boissons et victuailles sont disposées, et les jeunes gens se préparent des sandwichs...

«La taule est à nous», «on va tous sortir, on a chacun sa date», clame le rappeur, tandis que le clip laisse voir des tranches de vie dans la prison : parties de Playstation, musculation et déambulation dans les couloirs. 

Si la bonne humeur semble régner dans l'établissement carcéral, cela n'est guère au goût du procureur de la République d'Albertville, qui a demandé l'ouverture d'une enquête le 9 août, selon France Bleu.

Les vidéos tournés en prison à l'aide de téléphones portables sont un phénomène qui se produit régulièrement en France depuis quelques mois. En janvier dernier, le rappeur marseillais Elams avait diffusé un clip tourné dans la prison de Luynes (Bouches-du-Rhône) en 2016, où il était incarcéré. Sur les images, on pouvait voir des détenus de cette maison d'arrêt, située près d'Aix-en-Provence, déambuler dans la cour ou dans les couloirs, se laver, faire du sport ou prendre des selfies.

Plus tôt, en novembre 2016, des détenus de la maison d'arrêt de Villepinte, en Seine-Saint-Denis s'étaient prêtés à un Mannequin Challenge dans la cour de promenade. Ils arboraient des liasses de billets et des barrettes de cannabis. L'administration pénitentiaire avait fait savoir que des sanctions seraient prises.

Lire aussi : Apologie du trafic de drogue dans un clip : un rappeur amateur arrêté

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.