De Mélenchon au FN, l'opposition applaudit la nationalisation de STX... mais reste sur ses gardes

De Mélenchon au FN, l'opposition applaudit la nationalisation de STX... mais reste sur ses gardes© Stephane Mahe Source: Reuters
Photo d'illustration
Suivez RT France surTelegram

Après l'annonce de la nationalisation temporaire des chantiers navals de STX France afin de «défendre les intérêts stratégiques de la France», l'opposition a salué la décision du gouvernement, tout en rappelant que la solution n'était pas définitive.

Une fois n'est pas coutume, la décision de nationaliser temporairement les chantiers navals STX de Saint-Nazaire, annoncée par le ministère de l'Economie le 27 juillet, a fait l'unanimité parmi les députés de l'opposition.

«Enfin une bonne décision», a salué le 28 juillet sur France 2 le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan.

«Je crois qu’il faut cette nationalisation temporaire, mais à une condition, c'est derrière de ne pas revendre ce chantier à n'importe qui», a déclaré Nicolas Dupont-Aignan.

«Je propose de le fusionner avec les chantiers navals militaires DCNS pour faire un champion français de l'industrie navale», a ajouté le député de l'Essonne.

«C'est une bonne décision pour l'emploi dans la région», s'est aussi satisfait le 27 juillet Jean-Luc Mélenchon dans les couloirs de l'Assemblée. «L'Etat a fait son devoir [...] en protégeant l'outil de production», a ajouté le président du groupe de la France insoumise, ajoutant néanmoins que l'Etat n'avait pas vocation à rester propriétaire indéfiniment. «Cette opération nous permet de gagner du temps», a-t-il conclu.

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat et président de la région Pays de la Loire, a nuancé le 28 juillet sur RMC : «Tout le monde parle du capital, mais il y a d'autres garanties qui s'écrivent dans un pacte d'actionnaires, il faut des verrous, il faut des vétos.»

Il a estimé qu'il ne fallait pas que cette annonce d'une nationalisation temporaire de STX France ne soit qu'un «coup de com» du gouvernement.


Rappelant que cette nationalisation était une solution que le Front national préconisait «depuis des années», le vice-président du parti Florian Philippot s'est inquiété le 28 juillet sur RTL de ce que pouvait cacher cette décision. 

«Est-ce que cet arbre de la nationalisation ne va pas cacher une forêt de privatisations ?», s'est demandé l'eurodéputé.

«On a 80 millions d'euros de nationalisation, ce n'est pas grand-chose. Dans le même temps, on nous annonce qu'on va peut-être privatiser les aéroports de Roissy et Orly, c'est-à-dire les deux plus gros aéroports français. Attention. Ce serait une véritable spoliation, sans compter les problèmes de sécurité», a-t-il affirmé.

Le 27 juillet, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé la décision de nationaliser temporairement les chantiers navals de STX France plutôt que de laisser le constructeur naval italien Fincantieri reprendre la filiale française du géant coréen STX Offshore and Building.

Lire aussi : STX France : Bruno Le Maire annonce la nationalisation temporaire des chantiers navals

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix