Un an après l’assassinat du père Hamel, Emmanuel Macron lui rend hommage à Saint-Etienne-du-Rouvray

Les assassins du père Hamel ont «échoué [à] exacerber la peur des Français» et «la soif de représailles», a affirmé le président Emmanuel Macron à Saint-Etienne du Rouvray, lors d'une cérémonie d'hommage au prêtre assassiné par des djihadistes.

Le 26 juillet 2017, la France a rendu hommage au père Jacques Hamel, assassiné lors d'un attentat survenu un an plus tôt dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen.

Une messe a été célébrée à partir de 9h, comme celle que le père Hamel avait célébrée le 26 juillet 2016, avant d'être égorgé par deux djihadistes.

L'hommage, encadré par un important dispositif de sécurité, a eu lieu en présence du président Emmanuel Macron, du Premier ministre Edouard Philippe et du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

La République n'a pas à combattre une religion, ni à vouloir se substituer à elle

«La République n'a pas à combattre une religion, ni à vouloir se substituer à elle», a déclaré le président de la République lors de son discours, en l'honneur du religieux catholique.

La solidarité exprimée après cet attentat djihadiste a rappelé à tous les Français que la République n'était «pas le règne du relativisme», a-t-il assuré.

«[Mais] chaque religion, dont les responsables sont ici présents, a à mener sa part de combat pour que jamais la haine, le repli, la réduction de ce que nous sommes ne puisse triompher», a-t-il souligné.

«Elle est là, la force de notre Nation, dans cette capacité à entendre et faire siennes les paroles de fraternité et de charité que l'Eglise de France prononça voici un an, dans cette capacité à réunir autour du corps supplicié d'un prêtre, l'imam, le pasteur et le rabbin», a conclu le chef de l'Etat.

Auparavant, Emmanuel Macron avait assisté à une messe célébrée par Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen.

Jacques Hamel devrait être béatifié par le Vatican en tant que martyr, selon une procédure accélérée. Le pape François a en effet demandé que le délai de cinq ans imposé entre la mort et le début du processus de béatification ne soit pas appliqué dans son cas.


Lire aussi : L’attaque à la hache contre un prêtre indonésien aurait été inspirée par le meurtre du père Hamel







Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.